Que faire avec… un hiéroglyphe ?

Laure Pantalacci, Professeur d’égyptologie – Université Lumière Lyon 2

Lundi 15 mai 2017


Le mot « hiéroglyphe » vient du grec, car les textes religieux étaient ceux auxquels les Grecs avait accès en arrivant en Égypte.
Les hiéroglyphes sont le domaine d’activité des scribes, et plus particulièrement des scribes des contours (dessins et hiéroglyphes). Sur des monuments inachevés, nous trouvons des figures través et pas les hiéroglyphes : c’est la preuve d’une spécialisation des scribes.
Étymologie du mot : hiéros = sacré ; glyphos = plus difficile, car la couleur semble être un signifiant supplémentaire, donc il ne s’agit pas seulement d’une incision dans la pierre. Et il n’y a pas vraiment de « glyphos » dans le cas des hiéroglyphes cursifs, inscrits à l’encre sur papyrus.
L’étude des hiéroglyphes se distingue en deux branches : l’épigraphie et la paléographie.

1. Modalité d’apprentissage des hiéroglyphes

Il faut distinguer les niveaux de langue et l’écriture.
Langue :
Langue Écriture
  • Ancien égyptien
  • Moyen égyptien
  • Néo-égyptien
  • Démotque
  • Maintien d’une lanque articifielle (moyen égyptien) comme langue de tradition
  • Hiéroglyphes écriture monumentale
  • Hiéroglyphes cursifs
  • Hiératique (écriture cursive) : tracés cursifs très proches des hiéroglyphes. Mises en page proche de l’écriture monumentale.
  • Démotique : signes qui se réfèrent aux lointains hiéroglyphes.
  • Copte : système graphique emprunté au grec (sauf quelques phonèmes typiquement égyptien).

Fin 700 : langue et écriture sont désignées de la même manière : démotique, puis copte.

Les hiéroglyphes toujours au début de l’apprentissage de l’égyptien, alors que c’est l’inverse de la mentalité égyptienne (scribe cursif avant hiéroglyphes, pour une petite élite).

Des efforts importants sont faits pour maintenir une adéquation entre les différents systèmes : papyrus de Tanis, avec colonne de signes hiéroglyphiques, colonnes de hiératique et colonne de prononciation.

2. Que faire avec un hiéroglyphe ?

L’orientation d’un texte est fonction de l’orientation des signes animaliers ou hominidés. Orientation normale : de la droite vers la gauche.
  • Selon contraintes du monument : écriture plastique donc peut être retournée.
  • Différentes orientations dans un même document, en fonction des décors et autres motifs.
  • Dans un temple, l’orientation dépend du cheminement des fidèles vers la divinité.

Les tracés sont proportionnels selon les lettres, sans référence à un modèle extérieur. L’unité est celle du cadrat / quadrat, qui sert à former des groupes de signes ou lettres. Il fonctionne mieux à l’horizontale qu’à la verticale.

La première difficulté pour lire est le découpage du texte en mots / unités significatives. Puis l’identification des signes n’est pas vraiment un problème, d’autant que pour la plupart des signes des objets réels en sont à l’origine, avec une part d’abstraction.

Une part importante de l’apprentissage est la mémorisation des graphèmes. Avec un fond de 350-300 signes, on arrive à lire à peu près tout type de texte.

On observe une contamination progressive des hiéroglyphes par la cursive, parce que le scribe a un original en cursive avant de transcrire en hiéroglyphe.

Comment passe-t-on à une phonétisation du texte ? Un même signe peut avoir trois fonctions différentes :

  1. Le signe représente le mot dont il est le dessin, ex : per, maison.
  2. Le signe est combiné avec un autre signe pour faire un autre mot, homophone, ex : per + signe de mouvement = partir.
  3. Le signe sert de borne d’un mot pour une catégorie de vocabulaire, ex : per pour tout bâtiment.

La translittération nécessite de couper les mots, donc de faire déjà une analyse.

3. Paléographie des hiéroglyphes

La paléographie est bien connue dans la cursive, mais très peu pour les hiéroglyphes. Elle est un élément datant, même si souvent les noms du roi datent le document. Elle peut également être une valeur localisante, avec des spécificités locales.


Voir l’affiche de la séance