Que faire avec… l’archive ouverte HAL ?

Claire Giguet, ingénieure d’étude au laboratoire ArchéOrient, chargée de la gestion des fonds documentaires et des archives de son unité

&

Geneviève Peyres, ingénieure de recherche à la MOM, formatrice des outils HAL et Zotero

Lundi 3 octobre 2016


L’archive ouverte HAL fait partie de ce qui est couramment nommé « le libre accès » ou Open Access. D’après le glossaire INIST (http://openaccess.inist.fr/spip.php?page=glossaire), «Le mouvement du libre accès désigne l’ensemble des initiatives prises pour une mise à disposition des résultats de la recherche au plus grand nombre, sans restriction d’accès, que ce soit par l’auto-archivage ou par des revues en libre accès ». Toujours d’après le glossaire de l’INIST (Institut de l’Information scientifique et technique, CNRS, Nancy), l’accès libre signifie la mise à disposition gratuite sur l’Internet public de travaux de recherche, qu’il s’agisse d’une thèse, d’articles, de posters, de notices etc. et qui respecte les droits d’auteur conformément à l’initiative de Budapest pour l’Accès Ouvert.

L’objectif du libre accès est de fournir un accès en ligne, libre, gratuit et sans restriction d’usage à l’information scientifique (articles, données de recherche, etc.). Il inclut aussi le droit de copier, d’utiliser, de distribuer sous licence Creative Commons par exemple pour une réutilisation des contenus dans le respect du droit d’auteur. Il se fonde sur trois grands principes :

  • L’accessibilité de toute la littérature scientifique ;
  • la pérennitéc’est-à-dire l’accessibilité garantie sur le long terme, par le recours à des formats de diffusion et des protocoles communs, permettant l’interopérabilité des contenus ;
  • La gratuité de l’accès, qui constitue l’une des conditions clés pour l’accessibilité aux travaux scientifiques ;

L’accès est gratuit mais le fait par exemple de diffuser une revue en libre accès ou de maintenir une archive ouverte représente un coût.  Effectivement, il y a  gratuité de l’accès mais dans le respect du droit d’auteur avec l’utilisation de licences Creative Commons.

Il existe deux voies pour le libre accès, illustrées dans le schéma ci-contre.

–       La voie dorée  signifie la publication d’articles dans des revues en libre accès. Ces publications sont disponibles gratuitement pour les lecteurs. Mais en amont le financement du modèle économique de cette voie peut prendre diverses formes (modèle auteur-payeur, modèle freemium (OpenEdition), les revues hybrides). On parle de voie dorée en opposition à la voie verte. Elles sont répertoriées dans le répertoire DOAJ[1] (Directory of Open Access Journals).  Cette voie dorée (ou gold) est proposée par les éditeurs commerciaux. Il s’agit d’un modèle auteur-payeur où l’article sera gratuit pour le lecteur, mais moyennant une indemnité forfaitaire par l’auteur. –       La voie verte correspond à l’auto-archivage. Les ressources sont déposées dans des « entrepôts » ou « réservoirs » et sont garanties gratuites et ouvertes. Elle utilise le répertoire OpenDOAR[2] (Directory of Open Access Repositories) qui permet d’identifier des dépôts d’archives ouvertes (par l’utilisation de différents filtres). Ici, ni l’auteur, ni le lecteur ne payent pour déposer ou consulter le document.

Le Libre Accès offre donc de nombreux avantages dont :

  • Une meilleure visibilité des résultats et travaux de recherche et donc une manière simple de promouvoir son travail.
  • Une utilisation dès le dépôt des résultats par ses pairs.
  • Un taux de citation plus élevé.

Le mouvement de l’Open Access s’est développé conjointement au développement d’Internet, au début des années 1990. De plus, face à la crise dans le domaine de l’édition scientifique, la communauté scientifique a mis au point un nouveau modèle de diffusion : la communication scientifique directe, offrant donc une alternative face au monopole de l’édition, tout en restant maître de l’information.

La première archive ouverte, ArXiv.org, a été créée par le physicien américain Paul Ginsbarg en 1991. Il s’agissait au départ d’un service de pré-publication électronique de documents de travail pour les physiciens. En 2002 s’est mis en place l’Initiative de Budapest. Il s’agit d’une des premières déclarations internationales majeures sur le libre accès où des définitions ont été données, ainsi qu’une liste de signataires. La prise de conscience du mouvement s’étend alors à tous les domaines de la connaissance. En 2003, le mouvement prend toujours plus d’ampleur avec la Déclaration de Berlin, comptant près de 522 signataires. La France suit également ce mouvement et établit en 2006 un protocole inter-établissement de l’enseignement supérieur et de la recherche, parmi lesquels figurent le CNRS, l’ANR, le MESR. HAL (Hyper Articles en Ligne) est alors choisie comme plateforme commune, une archive ouverte nationale et pluridisciplinaire.

En 2009, on note la création de la BSN, Bibliothèque scientifique numérique avec laquelle on va pouvoir noter une nouvelle augmentation de l’implication des universités et organismes de recherche. Elle privilégie l’accès ouvert aux documents et données scientifiques sous toutes leurs formes en accord avec les orientations de la Commission européenne.

En 2013, une nouvelle convention de partenariat a été signée par 25 signataires dont le CNRS, la BNF, le CEA, l’INRA, l’INSERM, l’Institut Pasteur, la Conférence des Grandes Ecoles, la Conférence des Présidents d’Université et l’AMUE, agence de Mutualisation des Universités et des Etablissements. Elle s’accompagne de la création d’une UMS, le Centre pour la Communication Scientifique Directe qui regroupe le CNRS, l’INRIA et l’Université de Lyon. Certains Établissement ont décidé de développer leur propre archive institutionnelle. Par cette convention, ils s’engagent à reverser le texte intégral de leur contenu dans HAL.

Enfin, le 28 septembre dernier est adoptée par le Sénat la loi « pour une République numérique, stipulant qu’un auteur disposait du droit de mettre à disposition gratuitement dans un format ouvert et par voie numérique la version finale de son manuscrit et ce, même après avoir accordé des droits exclusifs à un éditeur (Article 17).

L’archive ouverte HAL 

Le terme « archive ouverte » désigne un réservoir où sont déposées des données issues de la recherche scientifique et de l’enseignement et dont l’accès se veut ouvert c’est-à-dire sans barrière. Cette ouverture est rendue possible par l’utilisation de protocoles (OAI PMH) communs qui facilitent l’accessibilité de contenus provenant de plusieurs entrepôts maintenus par différents fournisseurs de données[3].

HAL signifie HYPER ARTICLE EN LIGNE. Il s’agit d’une plateforme d’archive ouverte pluridisciplinaire créée en 2001 et  développée par le CCSD (Centre pour la Communication Scientifique Directe).

Cette plateforme commune de dépôt est à vocation nationale et transdisciplinaire. Elle compte aujourd’hui 400 000 documents environ dont 57 000 thèses.

Les principes de HAL :

  • Le dépôt est fait directement par les auteurs : c’est l’auto-archivage
  • Tout dépôt est définitif, mais il est possible de déposer des versions successives
  • Modération de base (contenu / métadonnées)
  • Respect des droits d’auteur et d’éditeur (SHERPA/ROMEO)
  • Interopérabilité : protocole OAI-PMH et métadonnées
  • Pérennité des fichiers et des accès

Que peut-on déposer dans HAL ?

Typologie des documents

  • Articles dans revues
  • Communications dans un congrès
  • Rapports
  • Thèses, HDR
  • Cours
  • Posters
  • Monographies, chapitres d’ouvrages
  • Données de la recherche
    • Images, Sons
    • Cartes
    • Vidéos
Types de publications

  • Des prépublications ou preprints (versions auteur avant peer-review)
  • Des post-publications ou postprints (versions auteur après peer-review)
  • Des publications (version éditeur)
  • Des documents non publiés

 

Quelques points concernant HAL et ses idées-reçues :

  • La question du plagiat est sans doute celle que les chercheurs se posent le plus. Or, il y n’a peu voire pas de risque de se faire plagier les documents déposés dans HAL puisque le droit d’auteur est toujours préservé, que le dépôt se fait sous un identifiant unique et que l’horodatage est affiché.
  • Les documents déposés dans HAL sont indexés automatiquement par des moteurs de recherche tels que Google Scholar ou encore Isidore, permettant ainsi d’être visibles à l’international.
  • Quelle est la différence entre HAL et Academia ou ResarchGate ? Academia ou ResearchGate restent des réseaux sociaux et ne peuvent en aucun cas assurer la pérennité des données déposées, à la différence de HAL. En revanche, il s’agit d’un moyen pour augmenter sa visibilité et peuvent être utilisés en complément de HAL.
  • Nous pouvons penser que les éditeurs sont contre ce mode de diffusion alors qu’au contraire, 80 % d’entre eux acceptent le dépôt puisqu’il est soumis à une politique éditoriale (SHERPA/ROMEO).

L’intérêt d’HAL pour :

le chercheur

  • Accès immédiat et gratuit aux résultats de la recherche
  • Réduction des délais de diffusion
  • Une meilleure visibilité
  • Augmentation du taux de citation
  • Une saisie unique
  • Garantie d’un archivage pérenne
  • Horodatage du dépôt
  • Allongement du cycle de vie des articles
  • HAL comme ressource documentaire
  • Des services personnalisés
le laboratoire

Les petits « plus » de HAL :

  • Export de listes de publications : permet d’avoir une saisie unique pour les rapports d’activité, les rapports annuels (alimentation de RIBAC, CRAC), les référentiels, votre CV, etc.
  • Statistiques de consultation : par date, par provenance géographique. Nombre de téléchargements et de visites.
  • Page web « publications » alimentée automatiquement par les dépôts dans HAL. Exemples :
    • Alertes : pour être informé des publications de vos collègues, centres d’intérêt
    • CV et publications personnelles : Exemple de CV actif : Jean-Philippe Goiran

En définitive, l’archive ouverte HAL vise à promouvoir de manière instantanée des travaux de recherches en cours, des résultats, des pistes de recherches en respectant les droits d’auteurs. Elle incarne une très bonne alternative face au monopole de l’édition et assure au chercheur une meilleure visibilité à l’échelle nationale et internationale.

Notes : 

[1] Plateforme internationale qui recense les revues scientifiques diffusées en libre accès.

[2] Plateforme qui recense les archives ouvertes.

[3] Source : Définition d’un archive ouverte, glossaire INIST, http://openaccess.inist.fr/spip.php?page=glossaire


Voir l’affiche de la séance

Voir le PowerPoint de l’intervention