Archives de catégorie : compte rendu

Que faire avec… un hiéroglyphe ?

Laure Pantalacci, Professeur d’égyptologie – Université Lumière Lyon 2

Lundi 15 mai 2017


Le mot « hiéroglyphe » vient du grec, car les textes religieux étaient ceux auxquels les Grecs avait accès en arrivant en Égypte.
Les hiéroglyphes sont le domaine d’activité des scribes, et plus particulièrement des scribes des contours (dessins et hiéroglyphes). Sur des monuments inachevés, nous trouvons des figures través et pas les hiéroglyphes : c’est la preuve d’une spécialisation des scribes.
Étymologie du mot : hiéros = sacré ; glyphos = plus difficile, car la couleur semble être un signifiant supplémentaire, donc il ne s’agit pas seulement d’une incision dans la pierre. Et il n’y a pas vraiment de « glyphos » dans le cas des hiéroglyphes cursifs, inscrits à l’encre sur papyrus.
L’étude des hiéroglyphes se distingue en deux branches : l’épigraphie et la paléographie.

1. Modalité d’apprentissage des hiéroglyphes

Il faut distinguer les niveaux de langue et l’écriture.
Langue :
Langue Écriture
  • Ancien égyptien
  • Moyen égyptien
  • Néo-égyptien
  • Démotque
  • Maintien d’une lanque articifielle (moyen égyptien) comme langue de tradition
  • Hiéroglyphes écriture monumentale
  • Hiéroglyphes cursifs
  • Hiératique (écriture cursive) : tracés cursifs très proches des hiéroglyphes. Mises en page proche de l’écriture monumentale.
  • Démotique : signes qui se réfèrent aux lointains hiéroglyphes.
  • Copte : système graphique emprunté au grec (sauf quelques phonèmes typiquement égyptien).

Fin 700 : langue et écriture sont désignées de la même manière : démotique, puis copte.

Les hiéroglyphes toujours au début de l’apprentissage de l’égyptien, alors que c’est l’inverse de la mentalité égyptienne (scribe cursif avant hiéroglyphes, pour une petite élite).

Des efforts importants sont faits pour maintenir une adéquation entre les différents systèmes : papyrus de Tanis, avec colonne de signes hiéroglyphiques, colonnes de hiératique et colonne de prononciation.

2. Que faire avec un hiéroglyphe ?

L’orientation d’un texte est fonction de l’orientation des signes animaliers ou hominidés. Orientation normale : de la droite vers la gauche.
  • Selon contraintes du monument : écriture plastique donc peut être retournée.
  • Différentes orientations dans un même document, en fonction des décors et autres motifs.
  • Dans un temple, l’orientation dépend du cheminement des fidèles vers la divinité.

Les tracés sont proportionnels selon les lettres, sans référence à un modèle extérieur. L’unité est celle du cadrat / quadrat, qui sert à former des groupes de signes ou lettres. Il fonctionne mieux à l’horizontale qu’à la verticale.

La première difficulté pour lire est le découpage du texte en mots / unités significatives. Puis l’identification des signes n’est pas vraiment un problème, d’autant que pour la plupart des signes des objets réels en sont à l’origine, avec une part d’abstraction.

Une part importante de l’apprentissage est la mémorisation des graphèmes. Avec un fond de 350-300 signes, on arrive à lire à peu près tout type de texte.

On observe une contamination progressive des hiéroglyphes par la cursive, parce que le scribe a un original en cursive avant de transcrire en hiéroglyphe.

Comment passe-t-on à une phonétisation du texte ? Un même signe peut avoir trois fonctions différentes :

  1. Le signe représente le mot dont il est le dessin, ex : per, maison.
  2. Le signe est combiné avec un autre signe pour faire un autre mot, homophone, ex : per + signe de mouvement = partir.
  3. Le signe sert de borne d’un mot pour une catégorie de vocabulaire, ex : per pour tout bâtiment.

La translittération nécessite de couper les mots, donc de faire déjà une analyse.

3. Paléographie des hiéroglyphes

La paléographie est bien connue dans la cursive, mais très peu pour les hiéroglyphes. Elle est un élément datant, même si souvent les noms du roi datent le document. Elle peut également être une valeur localisante, avec des spécificités locales.


Voir l’affiche de la séance

Que faire avec… un réseau ?

Vincent Chollier, doctorant du laboratoire HiSoMA

Lundi 3 avril 2017


Pour répondre à la question « que faire avec un réseau ? », l’important est en premier lieu de savoir ce que l’on entend par le mot « réseau ». Une définition, tirée du Larousse en ligne, indique qu’il s’agit d’un « ensemble de lignes ou d’éléments qui communiquent et s’entrecroisent ». Cette notion peut être considérée comme polysémique : elle est employée dans un ensemble de disciplines pour signifier réseaux d’échanges, réseau routier, réseau informatique et peut présenter parfois un aspect péjoratif s’il est employé pour définir des réseaux secrets ou encore clandestins. En Sciences Humaines, on parle souvent de réseau de pouvoir, de réseau familier ou encore de réseau d’influence. D’un point de vue étymologique, « réseau » vient du latin rete qui signifie filet : il correspond à l’ensemble de lien permettant de relier des nœuds qui correspondent à des entités ou des individus. Cette définition reste encore très vague mais est pourtant de plus en plus utilisée dans le domaine des sciences humaines. L’analyse de réseaux sociaux ou social network analysis (SNA) est une discipline apparue comme un domaine d’étude dans les années 1960 sous l’impulsion du département de sociologie de Harvard. Elle se fonde sur la théorie des graphes, une méthode mathématique qui vise à quantifier des réseaux en tout genre.

On peut donc se demander comment identifier un réseau et comment le représenter ? L’exemple pris pour illustrer ce modèle est la stèle du scribe royal Inay (Le Caire, Musée égyptien, inv. CG 34080), montrant des personnages connectés les uns aux autres mais ne donnant aucune indication chronologique.

L’outil premier pour cette démarche va résider en la création d’une base de données raisonnée, comportant des éléments de jointures associés à des sources ou des faits communs à une voire plusieurs entités/individus. L’important dans cette base est donc de créer une codification qui permettra de rapprocher à travers des liens différents éléments, les entités ou individus entre eux.

Une fois la base de données créée, elle est importée dans un logiciel d’analyse de réseaux. Il en existe plusieurs : PAJEK ; Ulcinet ou encore GEPHI.

Le groupe statuaire du « chef de la police » d’Ameneminet (Naples, Museo archeologico nazionale, inv. 1069), représente 24 personnages autour d’un personnage central, Ameneminet. Chacune des caractéristiques de ces personnages a donc été enregistrée dans une base de données, accompagnée de l’ensemble des sources mentionnant ce personnage. Le traitement de ces données a montré la mise en relation de chacune de ces caractéristiques avec l’ensemble des personnages présents sur la stèle et offre un nuage de points reliés entre eux autour d’un personnage central, Ameneminet. Ainsi cette représentation de nœuds reliés entre eux met en avant organisation des personnages les uns par rapport aux autres. A ces données peuvent être ajoutés des coordonnées lambert, projetant ainsi le modèle de visualisation de ce réseau sur une carte. Enfin, des données chronologiques peuvent également être appliquées afin de réaliser un tri par génération en fonction d’indices présents dans les sources.

Le groupe statuaire du « chef de la police » d’Ameneminet. Naples, Museo archeologico nazionale, inv. 1069

Ainsi, GEPHI peut présenter un ensemble de projections différentes illustrant les liens entre un dénominateur commun. Dans le cas présent, il s’agit d’Ameneminet mais ce dernier peut tout à fait être exclu afin de mettre en évidence les liens présents entre chaque autre personnage de la stèle.

L’intérêt de cette présentation réside à la fois dans les résultats obtenus, qui mettent en avant des liens entre les personnages et les institutions qui ne sont pas toujours évidents dans les sources, mais également dans le processus de visualisation de ces liens.

Pour aller plus loin :

  • ResHist : reshist.hypotheses.org
  • FMR : groupefmr.hypotheses.org
  • HNR : historicalnetworksearch.org

Voir l’affiche de la séance

Que faire avec… l’intertextualité ?

Pascale Brillet, Maître de conférence en langue et littérature grecques à l’Université Lumière Lyon 2

Lundi 6 mars 2017


L’intertextualité est l’ensemble des relations entre deux textes. Le plus évident, c’est la citation. Puis viennet tous les types d’allusions, de l’emprunt littéral et visible à des références implicites, ou même des rapports plus généraux, comme l’appartenance à un même genre ou une même aire linguistique (une métaphore lexicalisée serait déjà de l’intertextualité).

Un texte n’est jamais seul, il est toujours dans un réseau. À cela s’ajoute la conception agonistique de la littérature.

Que faire avec l’intertextualité ?

  • Identifier les parallèles d’autres textes pour faire l’édition critique d’un texte, pour choisir une leçon ou faire des corrections, c’est-à-dire pour établir un texte.
  • Faire de l’histoire littéraire. Avant les années 1960, la Quellenforschung recherchait les sources pour mettre en relation des textes, afin d’identifier les influences des auteurs, de situer le texte (le date) et de le situer dans un genre. À partir des années 1960)1970, on s’interroge surtout pour savoir ce qu’apporte l’intertexutalité au commentaire et à l’analyse des choix poétiques.

Ci-dessous, quelques exemples d’une poétique de l’intertextualité à partir d’Homère.

1. Ajax de Sophocle // Homère, Iliade, VI

Sophocle réécrit l’Iliade. La proximité du modèle ne fait que souligner les différences entre les deux couples Hector – Andromaque / Ajax – Tecmesse. Sophocle interprète la scène d’échage d’arme (Iliade VII) d’une manière bien spécifique : le moment où le destin des deux personnages s’est noué.

2. Scène d’armement Iliade  // Argonautiques d’Apollonios de Rhodes

Chez Homère, Pâris, Agamemnon, Patrocle et Achille sont présents. Les vers sont formulaires, dans une scène-type très connue. Chez Apollonios de Rhodes, la poésie savante reprend une scène d’armement qui débouche habituellement sur un duel dans un cas où il n’y aura pas de duel.

L’armement d’Aiétès reprend les scènes de l’Iliade, avec une closule qui signale l’imitation d’Homère : l’allusion à Homère est immanquable ici.

Pourquoi cette référence à Homère ici ? C’est justement l’écart qui est intéressant : Aiétès ne se bat pas ! C’est donc une parodie. Apollonios attire l’attention sur l’autre côté : Jason s’enduit le corps mais ne s’arme pas comme un héros homérique. Ce n’est donc pas un exploit homérique à l’ancienne, ce qui est une manière de dire que le projet d’Apollonios de Rhodes est de faire une épopée nouvelle, avec un couple héroïque et pas un héros seul.

3. Troyennes d’Euripide // Iliade XXI et XXIV

Le prologue de Poséidon est incroyable ! Il n’a jamais été l’allié des Troyens (cf. Iliade), donc l’Iliade n’est pas le passé de cette pièce. Euripide ne cherche pas à rétablir une vérité, mais veut montrer les relations entre Troie et Poséidon et souligner que, si Poséidon est lallié des Troyens, alors il est le rival d’Athéna – la scène de leur rivalité est représentée sur le fronton Ouest du Parthénon, terminé quelques années plus tôt (la pièce date de 415 a. C.).

L’intertextualité homérique et l’écart par rapport doivent être rapprochés de la mythologie athénienne : problème de la guerre (en particulier de la guerre du Péloponnèse), portée politique importante…

 

En conclusion, l’intertextualité est la marque d’un projet poétique, tout autant que le projet poétique se fonde sur l’intertextualité.


Voir l’affiche de la séance

Télécharger l’exemplier

Que faire avec… une restitution ?

Jean-Charles Moretti, Directeur de recherche au laboratoire IRAA (Institut de Recherche sur l’Architecture Antique)

Lundi 13 février 2017


La restitution en général permet de retrouver l’intégrité d’un élément dans un domaine, c’est-à-dire restituer le disparu. Pour l’architecture antique, il s’agira notamment de retrouver les éléments réalisés en matériaux périssables comme, par exemple, les éléments de charpente.

Pour donner une définition simple, la restitution permet de retrouver la ou les formes successives d’une architecture passée. Le terme peut alors prendre deux sens. Un premier correspond au processus intellectuel qui revoie à la forme originelle de l’édifice. Le deuxième renvoie au moyen permettant de l’identifier. Ainsi, il faut tout d’abord penser à la manière dont un fait une restitution.

Ainsi, la restitution est une procédure logique qui conduit à retrouver la forme compléter d’un bâtiment à un moment donné et d’en trouver les procédés de réalisation. Au sein de cette procédure entre en jeux la restauration ou encore de la reconstitution.

La RESTAURATION se caractérise par l’assemblage d’éléments dispersés. Il peut s’agir de blocs brisés en plusieurs morceaux, comme la Colonne Clermont ou l’Olympéion à Athènes. La complexité des formes va permettre de favoriser la restauration. Le mur à appareil polygonal de Delphes illustre parfaitement cet exemple ; d’autres, tels que les scellements ou les décors vont jouer le même rôle. La restauration peut être manifestée ou non par un rapprochement physique, amenant à réaliser une anastylose. Cette dernière est considérée comme le moyen le plus sûr de progresser vers la découverte de la forme originelle d’un bâtiment, mais a également de ses points faibles.

La RESTITUTION, quant à elle, correspond à la recherche d’une forme par référence à un modèle, à un texte, une image contemporaine. Les travaux de Pline le Jeune offrent une description détaillée de sa villa. En fonction du point de vue des lecteurs, les restitutions proposées étaient toutes différentes les unes par rapport aux autres. Le mausolée d’Halicarnasse apparaît sous différentes formes ou encore les colonnes à Bordeaux (restitution au XVIIe s. av. J.-C. d’un bâtiment entièrement détruit aujourd’hui).

On peut compter quatre catégories de restitution :

  • Soit il s’agit d’une référence à l’édifice lui-même (cassure d’un bloc par exemple, mais qui peut s’appliquer à une colonne complète, un gradin de théâtre ;
  • soit il s’agit d’un emplacement de bloc en référence au bâtiment en lui-même, on parlera alors de restitution générique ;
  • soit elle fait référence à un corpus pertinente, et dans ce cas, cela nécessite d’avoir plusieurs caractéristiques du bâtiment comme la date, le lieu, le type d’édifice ou encore le style. Un travail de recherche est à réaliser en amont ;
  • Soit elle fait référence aux proportions, aux tracés, aux modules dans une logique géométrique. Dans ce cas présent, on part du principe que des colonnes sont identifiées les unes par rapport aux autres.

Lorsque la restauration n’est pas possible, on favorise la restitution. Cette dernière tend à la rationalisation puisqu’avec la référence on recrée ce que l’on connaît déjà. Les corpus de références évoluent sans cesse du fait de la multiplication de restitutions, il est donc très importation de consulter la datation et la date de l’exécution d’une restitution.

La restitution ne doit pas être confondue avec RECONSTITUTION, processus qui tend à donner une idée ou image non justifiée par vestiges ou modèles. Il s’agit par exemple des envois de Rome. Constant Broyeux en 1866 présente une œuvre davantage artistique que rationnelle. La reconstitution dépend donc beaucoup de l’œil de celui qui le reproduit. À Olympie à la fin du XIXe, la restitution est vue comme finalité de leur étude. Aujourd’hui, les travaux de Jean-Claude Golin reconstituent les villes antiques par comparaison avec un modèle, mais sans se caler sur des vestiges architecturaux.

La restitution montre différents modes d’expression :

  • Par le langage, qui donne un exposé du processus logique ;
  • Par les images, en 2D ou 3D, en numérique ou encore en maquette. Elles permettent de montrer les limites et étapes de la restitution en utilisant, par exemple, différentes couleurs entre parties restituées et parties présentes. La co-présence de différentes restitutions peut également montrer les limites du processus ;
  • Par la restauration complète de l’édifice, en donnant comme exemple le portique d’Attale à Athènes ;
  • Par le virtuel.

Nous pouvons ainsi nous demander quelle est éthique de la restitution :

  • Faut-il restituer ? Les débats actuels portent davantage sur la vraisemblance avec le modèle original, mais aucun critère pour la validation.
  • Faut-il tout restituer et restituer entièrement ? La restitution permet de comprendre comment ont été réalisé, créer les pièces architecturales antiques.
  • Faut-il illustrer les restitutions puisque l’image va bien au-delà du raisonnement ? Il arrive souvent que ceux qui raisonnent ne sont pas ceux qui restituent, amenant à des incohérences.

La restitution n’est donc pas une fin en soi. Il s’agit d’un processus permettant d’étudier le moyen d’arriver à une fin et, dans le cas présent, à un édifice antique.


Voir l’affiche de la séance

Que faire avec… un port ?

Jean-Philippe Goiran, chercheur au laboratoire Archéorient

Lundi 5 décembre 2016


La géoarchéologie s’intéresse au port en tant que contenant (molles) et contenu (eau et sédiments). Un port a trois limites, qui isolent quatre ensemble : les éléments pré-portuaires, le portuaire, le sédiment, l’eau – la dernière limite étant le niveau de la mer.

L’étude d’un port se fait beaucoup par carottage, avec chemisage par cylindre, entre chaque mètre pour éviter la contamination.

Différentes informations sont obtenues par l’étude d’un port :

  • L’identification de ports perdus. Exemples : À Cumes, le port n’est pas là où l’on pensait, mais c’est la lagune au Nord en connexion avec la mer ; Kibotos, le port fermé dans le port Est à Alexandrie… ; à Ostie, la présence du port a été confirmée par deux carottages exceptionnels.
  • La connaissance du type de bateau qu ipermettait d’accéder au port, selon la profondeur du port et le tiran d’eau des navires.
  • Le calcul de la remontée relative du niveau marin, à partir de la faune marine, des encoche, des bivalves et des galets.
  • L’appréciation d’un bon ou d’un mauvais bassin portuaire : un bon port protège des vagues et donc la sédimentation se fait plus facilement que dans un mauvais port, agité par les flots.

Voir l’affiche de la séance

Télécharger le PowerPoint de l’intervention 

Que faire avec… un pot ?

Sabine Fourrier, Chargée de recherche, laboratoire HiSoMA

Lundi 7 novembre 2016


Répondre à la question « Que faire avec un pot ? » revient à se demander comment aborder ce matériau, mais aussi que va-t-on pouvoir tirer de l’étude de ce pot dans son ensemble.

1. Comment aborder un assemblage céramique

La première approche va permettre de reconstituer un assemblage archéologique : l’ensemble céramique, une fois intégré dans son contexte de découverte, va fournir des informations sur la fonction et sur l’utilisation. La première phase du travail est donc le tri de l’assemblage, en vue d’une identification de chaque fragment ou vase.

Plusieurs tris sont à entreprendre afin de fournir les informations concernant la fonction, l’origine et la datation :

  • Le tri en fonction de l’usage de la céramique : céramique fine ou céramique commune. Les premières sont utilisées pour le service et la consommation de produits liquides ou solides, tandis que les deuxièmes renvoient à la vaisselle de préparation et de cuisson des mets. Au sein de ces deux groupes, une distinction est faite entre vases fermés et vases ouverts.
  • Le tri en fonction des productions : céramiques locales et céramiques importées.
  • Enfin, un dernier tri peut également être appliqué en fonction de la datation. Dans un ensemble céramique, l’élément le plus récent va fournir une valeur chronologique au tout. Certains fragments peuvent être résiduels et vont néamoins apporter de précieux renseignements sur les contextes antérieurs et sur les interactions entre les occupations d’un même site.

La deuxième étape d’une étude céramologique correspond au comptage. Deux types de comptages sont appliqués, et doivent être exposés ensemble dans l’interprétation pour avoir une vision d’ensemble du lot céramique. Ainsi, le dénombrement prend en considération le NR ou NF (nombre de restes/de fragments) ainsi que le NMI (nombre minimum d’individus). Le premier comptabilise l’ensemble des fragments du lot tandis que le deuxième, l’ensemble des bords après collage renvoyant à un individu. Ce dernier permet de quantifier le nombre de vases que comporte le lot. Grâce à cette pratique, il est possible de renseigner le taux de fragmentation du lot, donnant ainsi des informations sur son interprétation et sa remise en contexte. Aujourd’hui la céramique n’est plus étudiée en tant que bel objet, mais bien comme élément constituant un ensemble archéologique.

2. Comment interpréter cet ensemble ?

Étudier un pot ou des fragments seulement de ce pot va permettre une mise en évidence des transferts et les échanges, économiques, culturels ou encore sociétaux.

Les pots sont la signature d’un atelier de production et leur circulation sera le moyen de définir des circuits de commerce. On peut aussi travailler à identifier plusieurs productions locales, qui peuvent renvoyer à des regroupements d’ordre politique. L’étude de ces productions céramiques peut donc être associée à des études d’anthropologie culturelle[1]. Une première distinction entre productions locale ou importée se fait par la pâte (matière première) qui peut être analysée soit par la pétrographie[2] ou par les analyses physico-chimiques[3]. Une deuxième distinction peut être faite d’après le répertoire de formes, le revêtement de surface et la typologie des décors. Dans le cas par exemple où les formes sont identiques sur plusieurs ateliers, l’analyse sera poussée jusqu’aux décors qui permettront d’identifier différentes productions. L’étude de ces décors va permettre d’identifier différentes « mains » de potier ou de peintre. Ces études ont notamment été menées par John Beazley au XXe siècle.

L’étude de différentes catégories et notamment des amphores va également permettre d’appréhender les relations commerciales et culturelles. Ces dernières sont réalisées dans le but de transporter des produits, généralement liquides, mais pas seulement, par voie maritime. D’autres céramiques vont accompagner ces cargaisons et seront associées à la consommation et au service (comme les coupes à boire ou les cruches) de ces produits. Ils répondent donc à une demande de la part d’une population.

Ainsi, le pot est également un marqueur culturel fort. Par exemple, certaines formes de type étrusque sont produites à Athènes comme les amphores nicosthéniennes qui répondent donc à une demande étrusque. Inversement, des formes caractéristiques grecques vont être produites en Étrurie pour répondre aux attentes locales.

L’étude de la céramique peut aussi supposer les gestes d’une population. Ainsi, le pot à cuire à fond plat et les marmites à fond bombé coexistent et montrent l’adoption de coutumes exogènes pour une population locale, ou bien montrent la présence d’une population immigrée au sein d’une population locale. La marmite va ensuite prendre le dessus et supplanter le pot à cuire ce qui traduit d’une véritable acculturation de la population locale. En plus de l’usage de catégories précises, les techniques de fabrication vont également traduire d’échanges culturels, avec la création de productions hybrides.

L’étude de la forme des céramiques induit une fonction particulière. Dans ce cas, il faudra faire attention entre utilisation primaire et secondaire. Quelques exemples de formes renvoyant à une fonction première définie[4] :

  • Le stockage avec les pithoi ;
  • Le transport avec les amphores, puisqu’elles sont munies de deux anses ;
  • La conservation avec le cratère ;
  • Le service avec toute la série des cruches et des vases à parfum ;
  • La consommation avec les assiettes et coupes ;
  • La cuisson avec les marmites ;
  • La préparation avec les mortiers.

Associées aux différentes analyses et attribution, l’analyse spatiale de la céramique va également indiquer une fonction aux lieux où elle a été retrouvée : l’accumulation de céramiques de cuisson ou de mortiers dans une maison va supposer que l’on se trouve dans la cuisine.

Enfin, un des points fondamentaux de l’étude d’un pot ou d’un ensemble céramique est l’établissement des typo-chronologies, permettant de montrer l’évolution des formes dans le temps. Lorsque chaque pot est remis dans son contexte archéologique, il donne une valeur chronologique à l’ensemble.

[1] Voir les études de Francis Croissant et Nicolas Coldstream.

[2] Identification sur lame mince de la nature des minéraux présents dans la pâte

[3] Identification des différents composants chimiques de la pâte.

[4] Voir l’ouvrage de Michel Bats : Bats M., Vaisselle et alimentation à Olbia de Provence (v. 350-v. 50 av. J.-C.). Modèles culturels et catégories céramiques, (RAN, suppl. 18), CNRS, Paris, 1988.


Voir l’affiche de la séance

Que faire avec… l’archive ouverte HAL ?

Claire Giguet, ingénieure d’étude au laboratoire ArchéOrient, chargée de la gestion des fonds documentaires et des archives de son unité

&

Geneviève Peyres, ingénieure de recherche à la MOM, formatrice des outils HAL et Zotero

Lundi 3 octobre 2016


L’archive ouverte HAL fait partie de ce qui est couramment nommé « le libre accès » ou Open Access. D’après le glossaire INIST (http://openaccess.inist.fr/spip.php?page=glossaire), «Le mouvement du libre accès désigne l’ensemble des initiatives prises pour une mise à disposition des résultats de la recherche au plus grand nombre, sans restriction d’accès, que ce soit par l’auto-archivage ou par des revues en libre accès ». Toujours d’après le glossaire de l’INIST (Institut de l’Information scientifique et technique, CNRS, Nancy), l’accès libre signifie la mise à disposition gratuite sur l’Internet public de travaux de recherche, qu’il s’agisse d’une thèse, d’articles, de posters, de notices etc. et qui respecte les droits d’auteur conformément à l’initiative de Budapest pour l’Accès Ouvert.

L’objectif du libre accès est de fournir un accès en ligne, libre, gratuit et sans restriction d’usage à l’information scientifique (articles, données de recherche, etc.). Il inclut aussi le droit de copier, d’utiliser, de distribuer sous licence Creative Commons par exemple pour une réutilisation des contenus dans le respect du droit d’auteur. Il se fonde sur trois grands principes :

  • L’accessibilité de toute la littérature scientifique ;
  • la pérennitéc’est-à-dire l’accessibilité garantie sur le long terme, par le recours à des formats de diffusion et des protocoles communs, permettant l’interopérabilité des contenus ;
  • La gratuité de l’accès, qui constitue l’une des conditions clés pour l’accessibilité aux travaux scientifiques ;

L’accès est gratuit mais le fait par exemple de diffuser une revue en libre accès ou de maintenir une archive ouverte représente un coût.  Effectivement, il y a  gratuité de l’accès mais dans le respect du droit d’auteur avec l’utilisation de licences Creative Commons.

Il existe deux voies pour le libre accès, illustrées dans le schéma ci-contre.

–       La voie dorée  signifie la publication d’articles dans des revues en libre accès. Ces publications sont disponibles gratuitement pour les lecteurs. Mais en amont le financement du modèle économique de cette voie peut prendre diverses formes (modèle auteur-payeur, modèle freemium (OpenEdition), les revues hybrides). On parle de voie dorée en opposition à la voie verte. Elles sont répertoriées dans le répertoire DOAJ[1] (Directory of Open Access Journals).  Cette voie dorée (ou gold) est proposée par les éditeurs commerciaux. Il s’agit d’un modèle auteur-payeur où l’article sera gratuit pour le lecteur, mais moyennant une indemnité forfaitaire par l’auteur. –       La voie verte correspond à l’auto-archivage. Les ressources sont déposées dans des « entrepôts » ou « réservoirs » et sont garanties gratuites et ouvertes. Elle utilise le répertoire OpenDOAR[2] (Directory of Open Access Repositories) qui permet d’identifier des dépôts d’archives ouvertes (par l’utilisation de différents filtres). Ici, ni l’auteur, ni le lecteur ne payent pour déposer ou consulter le document.

Le Libre Accès offre donc de nombreux avantages dont :

  • Une meilleure visibilité des résultats et travaux de recherche et donc une manière simple de promouvoir son travail.
  • Une utilisation dès le dépôt des résultats par ses pairs.
  • Un taux de citation plus élevé.

Le mouvement de l’Open Access s’est développé conjointement au développement d’Internet, au début des années 1990. De plus, face à la crise dans le domaine de l’édition scientifique, la communauté scientifique a mis au point un nouveau modèle de diffusion : la communication scientifique directe, offrant donc une alternative face au monopole de l’édition, tout en restant maître de l’information.

La première archive ouverte, ArXiv.org, a été créée par le physicien américain Paul Ginsbarg en 1991. Il s’agissait au départ d’un service de pré-publication électronique de documents de travail pour les physiciens. En 2002 s’est mis en place l’Initiative de Budapest. Il s’agit d’une des premières déclarations internationales majeures sur le libre accès où des définitions ont été données, ainsi qu’une liste de signataires. La prise de conscience du mouvement s’étend alors à tous les domaines de la connaissance. En 2003, le mouvement prend toujours plus d’ampleur avec la Déclaration de Berlin, comptant près de 522 signataires. La France suit également ce mouvement et établit en 2006 un protocole inter-établissement de l’enseignement supérieur et de la recherche, parmi lesquels figurent le CNRS, l’ANR, le MESR. HAL (Hyper Articles en Ligne) est alors choisie comme plateforme commune, une archive ouverte nationale et pluridisciplinaire.

En 2009, on note la création de la BSN, Bibliothèque scientifique numérique avec laquelle on va pouvoir noter une nouvelle augmentation de l’implication des universités et organismes de recherche. Elle privilégie l’accès ouvert aux documents et données scientifiques sous toutes leurs formes en accord avec les orientations de la Commission européenne.

En 2013, une nouvelle convention de partenariat a été signée par 25 signataires dont le CNRS, la BNF, le CEA, l’INRA, l’INSERM, l’Institut Pasteur, la Conférence des Grandes Ecoles, la Conférence des Présidents d’Université et l’AMUE, agence de Mutualisation des Universités et des Etablissements. Elle s’accompagne de la création d’une UMS, le Centre pour la Communication Scientifique Directe qui regroupe le CNRS, l’INRIA et l’Université de Lyon. Certains Établissement ont décidé de développer leur propre archive institutionnelle. Par cette convention, ils s’engagent à reverser le texte intégral de leur contenu dans HAL.

Enfin, le 28 septembre dernier est adoptée par le Sénat la loi « pour une République numérique, stipulant qu’un auteur disposait du droit de mettre à disposition gratuitement dans un format ouvert et par voie numérique la version finale de son manuscrit et ce, même après avoir accordé des droits exclusifs à un éditeur (Article 17).

L’archive ouverte HAL 

Le terme « archive ouverte » désigne un réservoir où sont déposées des données issues de la recherche scientifique et de l’enseignement et dont l’accès se veut ouvert c’est-à-dire sans barrière. Cette ouverture est rendue possible par l’utilisation de protocoles (OAI PMH) communs qui facilitent l’accessibilité de contenus provenant de plusieurs entrepôts maintenus par différents fournisseurs de données[3].

HAL signifie HYPER ARTICLE EN LIGNE. Il s’agit d’une plateforme d’archive ouverte pluridisciplinaire créée en 2001 et  développée par le CCSD (Centre pour la Communication Scientifique Directe).

Cette plateforme commune de dépôt est à vocation nationale et transdisciplinaire. Elle compte aujourd’hui 400 000 documents environ dont 57 000 thèses.

Les principes de HAL :

  • Le dépôt est fait directement par les auteurs : c’est l’auto-archivage
  • Tout dépôt est définitif, mais il est possible de déposer des versions successives
  • Modération de base (contenu / métadonnées)
  • Respect des droits d’auteur et d’éditeur (SHERPA/ROMEO)
  • Interopérabilité : protocole OAI-PMH et métadonnées
  • Pérennité des fichiers et des accès

Que peut-on déposer dans HAL ?

Typologie des documents

  • Articles dans revues
  • Communications dans un congrès
  • Rapports
  • Thèses, HDR
  • Cours
  • Posters
  • Monographies, chapitres d’ouvrages
  • Données de la recherche
    • Images, Sons
    • Cartes
    • Vidéos
Types de publications

  • Des prépublications ou preprints (versions auteur avant peer-review)
  • Des post-publications ou postprints (versions auteur après peer-review)
  • Des publications (version éditeur)
  • Des documents non publiés

 

Quelques points concernant HAL et ses idées-reçues :

  • La question du plagiat est sans doute celle que les chercheurs se posent le plus. Or, il y n’a peu voire pas de risque de se faire plagier les documents déposés dans HAL puisque le droit d’auteur est toujours préservé, que le dépôt se fait sous un identifiant unique et que l’horodatage est affiché.
  • Les documents déposés dans HAL sont indexés automatiquement par des moteurs de recherche tels que Google Scholar ou encore Isidore, permettant ainsi d’être visibles à l’international.
  • Quelle est la différence entre HAL et Academia ou ResarchGate ? Academia ou ResearchGate restent des réseaux sociaux et ne peuvent en aucun cas assurer la pérennité des données déposées, à la différence de HAL. En revanche, il s’agit d’un moyen pour augmenter sa visibilité et peuvent être utilisés en complément de HAL.
  • Nous pouvons penser que les éditeurs sont contre ce mode de diffusion alors qu’au contraire, 80 % d’entre eux acceptent le dépôt puisqu’il est soumis à une politique éditoriale (SHERPA/ROMEO).

L’intérêt d’HAL pour :

le chercheur

  • Accès immédiat et gratuit aux résultats de la recherche
  • Réduction des délais de diffusion
  • Une meilleure visibilité
  • Augmentation du taux de citation
  • Une saisie unique
  • Garantie d’un archivage pérenne
  • Horodatage du dépôt
  • Allongement du cycle de vie des articles
  • HAL comme ressource documentaire
  • Des services personnalisés
le laboratoire

Les petits « plus » de HAL :

  • Export de listes de publications : permet d’avoir une saisie unique pour les rapports d’activité, les rapports annuels (alimentation de RIBAC, CRAC), les référentiels, votre CV, etc.
  • Statistiques de consultation : par date, par provenance géographique. Nombre de téléchargements et de visites.
  • Page web « publications » alimentée automatiquement par les dépôts dans HAL. Exemples :
    • Alertes : pour être informé des publications de vos collègues, centres d’intérêt
    • CV et publications personnelles : Exemple de CV actif : Jean-Philippe Goiran

En définitive, l’archive ouverte HAL vise à promouvoir de manière instantanée des travaux de recherches en cours, des résultats, des pistes de recherches en respectant les droits d’auteurs. Elle incarne une très bonne alternative face au monopole de l’édition et assure au chercheur une meilleure visibilité à l’échelle nationale et internationale.

Notes : 

[1] Plateforme internationale qui recense les revues scientifiques diffusées en libre accès.

[2] Plateforme qui recense les archives ouvertes.

[3] Source : Définition d’un archive ouverte, glossaire INIST, http://openaccess.inist.fr/spip.php?page=glossaire


Voir l’affiche de la séance

Voir le PowerPoint de l’intervention

Que faire avec… une citation ?

Camille Gerzaguet, Chercheuse associée à HiSoMA

Lundi 2 mai 2016


Pour savoir que faire avec une citation, il est important de savoir qui cite, mais aussi qui est cité. Dans le premier cas, il s’agit de l’action de citer, dans le deuxième, le résultat. L’un ne peut être dissocié de l’autre, comme nous pourrions le croire.

D’un point de vue sociétal, la pratique citationnelle renvoie à la notion de savoir. Elle comporte donc une obligation d’ordre éthique. L’art de la citation était beaucoup pratiqué dans l’Antiquité : elle constitue une tradition de réemploi d’une culture antérieure et joue un rôle dans la création de l’imaginaire de chacun. Afin de répondre à la question, on va s’intéresser au contenu du corpus, à la forme (littérale, tronquée, traduite) et le contenu (les règles).

  1. S’interroger sur plusieurs problématiques.

D’un point de vue sémiologique, tout texte peut être cité et donc devenir citation. Le texte qui l’emploie comme texte citant donc devient un texte cité à son tour. Le texte citant est donc texte d’accueil. L’énoncé cité est un signe qui passe d’un système sémiotique à un autre. Dans un énoncé, la citation est un signe et s’insère dans un dispositif triangulaire comprenant un objet, un signe et la représentation de cet objet (soit son sens direct, soit son interprétation).

Selon Mikhaïl Mikhaïlovitch Bakhtine, théoricien et historien russe, lorsque l’on cite, il peut y avoir deux orientations possibles. L’une est objectivo-analytique ; l’autre efface les limites entre textes cités et citant et en se fond davantage. Ces deux orientations sont valables pour les textes patristiques, mais présentent tout de même des variantes. On découvre alors la manière donc les textes cités peuvent être utilisés.

L’intertextualité est une notion formulée par Julia Kristeva, qui se définit comme une interaction textuelle. Pour Roland Barthes « tout texte est un tissu nouveau de citations révolues ». Elle est aussi abordée par Bakhtine. Gerard Genette, en 1982, parle de transtextualité, renvoyant à un champ plus large de l’intertextualité qu’il définit comme citation, plagiat ou allusion. On peut donc définir une citation de littérale (verbatim), mais comment distinguer la citation de l’allusion ou de la paraphrase ?

  1. Citation comme action de citer ou comme résultat ?

Si la citation est vue comme un objet, cela induit la préexistence d’un texte par rapport à un autre, C’est également le cas pour l’allusion et la paraphrase. Genette fait cependant une distinction entre les deux en se demandant si ces dernières renvoient à une référence littérale explicite ou non. Pour les textes chrétiens, cette distinction est plus compliquée à appréhender et nécessite donc plus de prudence dans son étude et interprétation.

Dans les éditions Budet, une différence sera faite entre citation normale et en italique. Ce choix permet de relever celle étant une citation ou allusion, et celles étant de la paraphrase. Pour identifier généralement une citation, on utiliser des guillemets. Au Moyen-Age, on utilisait différente couleur ou bien différente écriture.

Cependant, le problème réside souvent dans l’identification de cette citation. En effet, si le texte de base a été perdu, on ne connaitra pas le texte cité de base. Un autre problème renvoie à la difficulté de la part du chercheur de retrouver dans les textes la citation originelle. La part d’élucidation est néanmoins très importante et constitue le socle pour recherche d’autres chercheurs.

La datation de l’œuvre citante se fait par chronologie relative avec l’œuvre citée. L’œuvre qui cite est datée antérieure à l’œuvre citante. Ainsi, dans le cas où l’on connaît la datation de l’œuvre citée, elle nous fournit une valeur de terminus post quem. Inversement, si l’on connaît la date de l’œuvre citante, elle nous fournit le terminus ante quem.

La citation va nous renseigner sur la culture de la personne qui cite. Par exemple, Claudien Mamert, philosophe du Ve s. et ami de Sidoine Apollinaire, évêque de Clermont, cite Platon et d’autres philosophes non connus. Ces citations incarnent les seules traces qu’il nous reste d’une œuvre. On appelle cela la tradition indirecte. Inversement, la tradition directe est la transmission faite par les manuscrits. Dans le premier cas, elle change de statut, mais devient un fragment. Athénée de Naucratis organisait des banquets avec concours de citations. Grâce à cette démarche, un grand nombre de comédies grecques de l’époque nous sont connues aujourd’hui.

Pour conclure, la citation est devenue un instrument. Son sens peut être affecté et donc créer une mutation. Elle possède des fonctions rhétoriques (argument d’autorité), polémiques et ornementales dans le choix des mots ou des images par exemple.

Pour aller plus loin :

  • Biblindex: index des citations en ligne qui permet de chercher les citations dans les manuscrits patricides. Il s’agit d’un index exhaustif des textes chrétiens et juifs qui donne l’accès aux textes sources. Il compte actuellement 400 000 citations.
  • Tex-ReUse: recherche automatisée de textes antérieurs pour contrer le plagiat sicent. Recherche menée par Merter (GB) Gertrude (All). Il est lié à la base Biblindex.

Voir l’affiche de la séance

Télécharger l’exemplier

Que faire avec… le genre ?

Marine Bretin-Chabrol, Maître de conférence en langue et littérature latines à l’Université Jean Moulin Lyon 3 & Pascal Luccioni, Maître de conférence en langue et littérature grecques à l’Université Jean Moulin Lyon 3

Lundi 4 avril 2016


L’approche par le « genre » cherche à comprendre comment une langue, un groupe social, un genre littéraire ou un auteur déduisent (ou non) de la différence sexuelle des corps (mâles et femelles) la nécessité de distinguer des rôles sociaux (professionnels, politiques, familiaux, sexuels, etc.) et de les hiérarchiser au sein d’un système de normes et de valeurs.

Cette approche s’est constituée en un champ, les gender studies, qui a longtemps été considéré avec méfiance par la communauté universitaire, pour plusieurs raisons : la notion de genre a été élaborée dans les années 70-80 aux Etats-Unis, dans un contexte de revendications militantes, féministes et LGBT contre la domination masculine hétérosexuelle, en parallèle au développement des cultural studies. Cette utilisation engagée et orientée de la notion, comme ensuite sa diffusion dans le débat public sous une forme souvent schématique, a suscité de la suspicion dans le monde universitaire, d’autant plus forte sans doute que le « gender » connaît un effet de mode chez les bailleurs de fond de la recherche. Dans le champ des études antiques, plus spécialement, la notion a pu être taxée d’anachronisme.

Pourtant, comme tout questionnement nouveau, l’ambition fondamentale de ces recherches est de contribuer à l’enrichissement de notre compréhension des sources de l’Antiquité. Travailler sur le genre, c’est interroger ce qui paraît « naturel » ou ce qui paraît « normal » dans l’assignation aux deux sexes de caractéristiques, de valeurs ou de rôles distincts, avec la pensée que ces attributs peuvent être le produit d’un discours « normatif » (voir Sandra Boehringer, Lalies, p. 149 : « Dans le cadre de cette réflexion sur les processus qui conduisent à surdéterminer des différences, il s’agit d’interroger en permanence ce qui semble ou qui est présenté comme « naturel » par les discours, et d’étudier le processus social et culturel qui conduit à présenter telle ou telle pratique comme conforme à la « nature »). Cela revient à se détacher d’un discours essentialiste ou naturaliste en matière de genre, pour insister sur la part de construction culturelle qui s’y trouve.

La notion de genre permet de poser clairement une différence essentielle : le sexe biologique est distinct des caractéristiques sociales qu’on lui attribue, comme encore des pratiques sexuelles d’une société donnée. Penser les rapports de pouvoir à travers la notion de genre montre par exemple qu’ils ne s’expriment pas toujours comme des rapports de sexe (homme/femme), mais comme des rapports de genre (masculin/féminin = femme virile ou hommasse, homme efféminé, pour prendre des exemples opposés).

Appliquée à l’Antiquité, la notion de genre participe à l’historicisation des catégories sexuelles : elle met à distance la distinction moderne entre homosexualité et hétérosexualité, pour considérer des pratiques sexuelles. L’objection consistant à souligner le genre presque uniquement masculin des sources – qui impliquerait que l’on ne puisse pas faire une histoire des femmes dans l’Antiquité, par exemple – est une fausse objection : rien ne dit en effet qu’une parole masculine ne puisse pas s’éloigner des stéréotypes, présenter une vision alternative à la norme sociale ou en contradiction avec elle (de même que la parole féminine ne cherche pas par principe à s’émanciper de la norme). Une réflexion sur les « voix féminines » est donc possible même si ces voix sont élaborées par des hommes.

De manière générale, la notion de genre invite à donner aux caractères sexués et à leur représentation sociale dans l’Antiquité un rôle moindre que nous ne sommes disposés à leur donner dans notre vision très polarisée (homme / femme), et à les considérer comme un critère parmi d’autres, voire secondaire, de structuration des relations dans la société antique (homme adulte libre/femme adulte libre ; homme esclave / femme esclave, par ex.). Elle invite enfin à contextualiser autant que possible les données dont nous disposons, en tenant compte, dans la représentation des hommes et des femmes, de l’hétérogénéité de ces catégories elles-mêmes (une puella n’est pas assimilable à une mulier, qui n’est pas une matrona, par exemple).

Marine Bretin-Chabrol a montré, à partir d’un corpus d’exemples, comment les catégories du féminin et du masculin sont utilisées dans la botanique et l’agronomie romaine, à des fins tantôt taxinomiques (désigner simplement deux espèces distinctes dans un même genre, et non le sexe d’une plante), tantôt heuristiques (imaginer les usages d’une plante par analogie de forme : à l’origine de la phytognomonie de la Renaissance, on reconnaît une ressemblance entre la forme de la plante et les organes sexués, par exemple, et on déduit que la plante nommée orchis possède des vertus aphrodisiaques), tantôt métaphoriques (établir un parallèle entre la culture d’une plante et l’économie familiale : une femme mariée, lit-on par exemple chez certains auteurs, est féconde à l’instar de la vigne installée sur le support d’un arbre vivant). Les agronomes romains cherchent en définitive moins à définir l’essence de chaque plante qu’à en saisir des qualités « interactionnelles » liées à l’usage que l’on veut faire de la plante dans un contexte déterminé.

Pascal Luccioni a comparé deux épisodes de diagnostic médical d’une passion amoureuse secrète : Antiochos amoureux de la concubine de son père, un « mal » diagnostiqué par Erasistrate ; la femme d’un citoyen romain, Justus, qui ne trouve plus le sommeil et s’agite dans son lit, symptôme d’une passion pour un danseur de pantomime, un « mal » diagnostiqué par Galien. Il a montré comment le rôle du masculin et du féminin, structurant dans ces deux récits, s’inverse de l’un à l’autre et comment cette différence de genre peut en expliquer les différences narratives (en particulier le silence de Galien sur le traitement de la passion « féminine » qu’il a diagnostiquée, quand le père d’Antiochos acceptait de céder sa concubine pour guérir une passion « masculine », celle de son fils).


Voir l’affiche de la séance

Que faire avec… une monnaie ?

Thomas Bardin, doctorant HiSoMA

Lundi 1er février 2016


En réalité il s’agit de présenter ce qu’il est possible de faire à partir d’une série de monnaies ou d’un monnayage. Présentation de quelques méthodes et applications de la numismatique en histoire ancienne, du point de vue « coin as struck » plutôt que celui mieux connu du « coin as find », plus familier des archéologues.

On rappelle les caractéristiques des monnaies antiques et la pluralité des approches envisageables à partir de chacune : produit régalien (discours et archive officiels), produit manufacturé mais de série (coins/matrices imprimant des flans), produit calibré/taillé (hiérarchie métrologique et nominale des différentes dénominations), production métallurgique souvent en métal précieux (alliages plus ou moins composites), et produit mobile (aires de circulation), produit tarifé (système de valeurs d’échanges)…

  1. Identification et attribution : autorité et atelier émetteurs.

Attribution formelle par marquage (marque d’atelier ou d’officine) ; par géolocalisation (la découverte des spécimens se concentre sur une aire limitée) ; par définition stylistique (on identifie parfois la « main » des graveurs de coins anonymes) ; par « signature » chimique élémentaire (les impuretés trouvées à l’état d’éléments traces se trouvent selon des gammes différentes en fonction de la provenance des minerais)…

Exemple A :  les tétradrachmes MON VRB de Philippe l’Arabe, Rome ou Antioche ? Production hybride selon le critère d’attribution observé. L’attribution à Rome repose sur le portrait qui est l’œuvre des graveurs romains de capitale, ainsi que sur le marquage SC / MON(eta) URB(is Romae) ; mais à l’inverse il s’agit d’une espèce monétaire grecque possédant le revers à l’aigle caractéristique d’Antioche, uniquement retrouvée en Syrie. Des analyses de composition élémentaires pourraient confirmer ou infirmer la thèse aujourd’hui admise d’une production de Rome pour Antioche (alors qu’au même moment Antioche produit de la monnaie romaine pour le compte de Rome/antoniniens orientaux de l’exemple suivant…).

Exemple B : l’attribution par signature chimique appliquée aux antoniniens orientaux de Gordien III et Philippe. La principale monnaie d’argent de l’Empire, produite à Rome, apparaît occasionnellement produite par un atelier syrien, Antioche. Cette attribution géographique dissimule pourtant des disparités stylistiques frappantes entre les différentes séries desquelles émergent des monnaies de style « local » et des monnaies de style « impérial » proches de celles frappées par Rome. Les analyses de composition confirment cette dichotomie par des critère chimiques. La thèse en cours s’intéresse au détachement d’une partie des personnels de l’atelier de Rome auprès de l’armée de campagne impériale d’orient à l’occasion des guerres persiques, dont la présence à Antioche est à l’origine des deux exemples présentés.

  1. Restitution de la typo-chronologie des émissions.

L’étape du classement historique des monnayages est fondatrice pour toute utilisation ultérieure du matériel mais souffre encore d’un certain dédain en de la communauté numismatique. Le classement par émissions – cad le regroupement de monnaies identifiées comme constituant une série cohérente telle que commandée par l’atelier – repose selon les monnayages et les moyens sur l’utilisation de plusieurs méthodes, « volumétrique », « charatéroscopique/matricielle » et « organique » (termes non consacrés). Croisement des trois méthodes pour la restitution de la 2ème émission de sesterces de Gordien III à Rome (exemple C).

  • Restitution volumétrique : l’atelier fonctionnait selon six officines produisant six types de revers systématiquement retrouvés dans des proportions très proches dans les trésors d’antoniniens. On retrouve sans difficulté ces six thèmes sur sesterces, dont les volumes en trésor apparaissent équilibrés de la même manière pour cinq d’entre eux.
  • Restitution charatéroscopique par observation de liaisons par le coin de droit entre des revers différents. La typologie des sesterces est plus riche que celle des antoniniens déjà classés, il existe donc un certain nombre de sesterces « additionnels » à ventiler entre les différentes émissions. Une série de ces sesterces « additionnels » sont attachés au programme de l’émission principale grâce aux liaisons de coins. Leur volume cumulé se trouve précisément amener à combler/constituer le déficit d’activité observé précédemment pour la sixième officine (prise en compte du fonctionnement « organique » de l’atelier).
  1. Compréhension des systèmes monétaires intégrés.

L’étude pondérale, où la taille de l’échantillon et l’indication de valeurs médianes sont déterminantes. L’observation de réformes pondérales suppose que la chronologie des séries pesées soit précise. Exemple D : la chute du poids de l’aureus à Rome à partir de 238, observée à partir de 600 aurei.

L’étude des alliages concerne en premier lieu le titre des monnaies, cad le taux de fin en métal précieux des flans monétaires. Exemple E : les fluctuations de l’argent composant les antoniniens à partir de 238. La méthode d’analyse retenue est déterminante si l’on souhaite pénétrer la composition interne du flan et éviter l’enrichissement superficiel. Débats entre métallurgistes et numismates concernant la technicité et la réception de telles manipulations, et donc leur impact sur l’économie réelle.

Quantifier le volume de production par période. Deux méthodes complémentaires sont envisagées pour les monnayages abondants : le nb. de monnaies perdues per annum sur les sites archéologiques ; le nb. de monnaies accumulées per annum dans les trésors monétaires de référence. Les monnayages rares ou de prestige sont évalués sur la base du dénombrement statistique du nombre originel de coins utilisés, à partir du nombre de coins observés dans le corpus. La méthode retenue est celle développée par le statisticien Warren Esty. Le nb. de coins obtenu doit lui aussi être rapporté per annum afin de dégager des tendances. Exemple G : estimation du nombre de coins d’aurei frappés pour Philippe & sui (par Roger Bland).

L’ensemble de ces données métrologiques permettent d’envisager la tarification relative de l’ensemble des espèces du système monétaire étudié, dont les sources littéraires ne transmettent pas toujours la réalité.

  1. Etude de cas : l’aureus (unicum) de Gordien l’Africain.

Démonstration de la diversité des approches appliquées à un spécimen unique, et les implications historiques de la numismatique « hors contexte archéologique ».

L’authenticité de la pièce est vérifiée par les analyses, son poids indique une poursuite des standards de taille en usage précédemment ; le type retrouvé dissimule un programme monétaire plus large de six types/officines ainsi que le démontrent les antoniniens et les sesterces de l’émission reconstituée. Cette dernière révèle que la ventilation de trois types pour chacun des deux empereurs, observée sur les deniers, ne supporte pas de commentaire « politique » sur le choix des types : les six thèmes sont indifféremment attribués aux deux empereurs sur le bronze (les sélections résultent ici de choix pratiques par l’atelier). Du point de vue historique, monnayage d’or (supposé placé sous le contrôle direct du prince) frappé in abstentia, sur l’initiative du Sénat, en pleine crise de 238. Les trois semaines de règne des deux Gordiens d’Afrique transparaissent dans le caractère inachevé du programme des frappes : absence des fractions de bronze du sesterce (as et dupondius).

 

Bibliographie sommaire :

Naissance d’une discipline.

  • Babelon E. (1897), De l’utilité scientifique des collections de monnaies anciennes [discours publié], Mâcon (en ligne sur archive.org).
  • Giard J.-B. (1986): L’évolution de la numismatique antique au XIXe siècle, Revue suisse de numismatique 65, p. 167-174.
  • Veillon M. (2008): Histoire de la numismatique ou la science des médailles, Errance, Paris.

Numismatique historique, une science plurielle.

  • Bruun P. (2002): Coins and History, dans (éd.) Clark V., Ancient history matters. Essays presented to Jens Erik Skydgaard on his 70th birthday, Rome, p. 259-265.
  • Meadows A. & Shipton K. éds. (2004): Money and its Use in the Ancient Greek World, Oxford.
  • Metcalf W. E. éd. (2012), The Oxford Handbook of Greek and Roman Coinage, Oxford.

Historicité des monnaies-archives.

  • Howgego C. (1990): Whyd did Ancient States Strike Coins?, The Numismatic Chronicle 150, p. 1-25.
  • Sutherland C. H. V. (1959): The Intelligibility of Roman Imperial Coin Types, Journal of Roman Studies 49/1-2, p. 46-55.
  • Shotter D. (1978): Roman Historians and Roman Coins, Greece & Rome, II-25/2, p. 156-168.

Numismatique quantitative.

  • Blet-Lemarquand M., Gratuze B. & Barrandon J.-N. (2014): L’analyse élémentaire des monnaies, adéquations entre les problématiques envisagées, les alliages étudiés et les méthodes utilisées, dans Derschka H., Frey-Kupper S & Cunz R. éds., Regards croisés sur l’étude des trouvailles monétaires. Bilan et perspectives au début du XXIe siècle […], Lausanne, p. 121-211.
  • De Callataÿ Fr. éd. (2011): Quantifying Monetary Supplies in Greco-Roman Times, Bari.
    • Esty W. (2011): The geometric model for estimating the number of dies, p. 43-58.
    • Van Heesch J. (2011): Quantifying Roman Imperial Coinage, p. 311-328.

Voir l’affiche de la séance

Que faire avec… une étymologie ?

Christian Nicolas, Professeur de langue et littérature latines à l’Université Jean Moulin Lyon 3

Lundi 11 janvier 2016


Si certains corpus sont propices aux étymologies (en l’occurrence, le corpus d’exemples présentés est centré sur les traités de Cicéron, les commentaires de Donat et Servius, et la source majeure en ce domaine qu’est Isidore de Séville), l’étymologie est partout dans l’Antiquité, et aucun genre ne se l’interdit.

L’étymologie, comme art de définir, est d’abord une sous-discipline de la dialectique. La définition des mots repose très fréquemment sur l’étymologie, quitte à être parfois quasiment tautologique (« la peinture : action de peindre »). En mettant en rapport un mot synthétique grec et l’équivalent (ou la traduction) latine, l’étymologie déploie le sens des composants du mot. Elle forme à cet égard un commentaire ou un point d’appui pour le départ d’un argumentaire. Les étymologies se trouvent donc souvent, pour ces raisons, aux seuils d’une œuvre ou au début d’un développement sur une notion. Mais on les trouve aussi disséminées dans les œuvres, poétiques notamment, plus ou moins cachées. Le jeu étymologique y est courant, ce dont témoigne la littérature exégétique, qui essaie de les décrypter. Les commentateurs cherchent à prouver la pertinence des poètes, à partir d’homonymies parfois accidentelles, mais qu’ils exploitent dans le commentaire – en faisant du même coup étalage de leur propre subtilité. Si la pratique est répandue, les formes de la remarque étymologique sont également variées, et parfois indirectes. Ainsi, lorsque Cicéron établit l’équivalence entre atomos et corpora indiuiduua (Cic., Fin., 1, 17), sa traduction est un décalque, mais elle dit aussi quelque chose de la forme interne du mot, et en cela c’est bien un propos étymologique.

La présentation classique des étymologies repose sur une structure récurrente : « X dicitur ab Y quia Z », soit le comparé, le comparant, et une explication quand c’est nécessaire, que le lien ne soit pas évident ou au contraire que l’étymologie traditionnelle soit refusée par l’auteur. Ce mode de présentation varie : comme les Romains ne disposent pas d’un langage métagrammatical, il ne leur est pas possible d’avoir un emploi en autonymie, autrement dit l’équivalent d’un mot en italique. Aussi, quand le comparant est un verbe, l’auteur doit le casualiser : pluit deviendra par exemple (ab) pluendo. Parfois, le mot grec qui sert d’étymologie au mot latin est traduit directement, et le lien étymologique n’apparaît plus explicitement, sans doute parce qu’il est évident pour les Latins (par exemple « Syrtes autem Sallustius a tractu uocari dicit », Isid., Etym., 13, 18, 6). Il arrive également que soit traduit aussi en grec, par simplicité, la préposition introduisant le comparant ab. Ou encore que la préposition soit en quelque sorte intégrée à l’étymologie, produisant un effet de persuasion sonore : « Spatha a passione » (Isid., Etym., 18, 6, 4) devient, dans la prononciation espagnole, (e)spatha ex pathein, ce qui rend la proximité d’autant plus forte à l’oreille. Il faut souligner enfin que, si les auteurs et commentateurs anciens débattent parfois de telle ou telle étymologie, celles-ci sont souvent présentées comme non exclusives et cumulatives, conformément au régime de vérité plurielle qui est en large partie celui des Anciens.


Voir l’affiche de la séance

Télécharger l’exemplier

Que faire avec… un texte scientifique ?

Isabelle Boehm, Professeur de langue et littérature grecques à l’Université Lumière Lyon 2

Lundi 14 décembre 2015


Au sein de la masse de textes transmis par la tradition manuscrite ou conservés par les hasards de contextes archéologiques exceptionnellement favorables, les textes « scientifiques » sont un peu en marge : ils ne font généralement pas partie de la liste canonique des oeuvres littéraires fondamentales. De plus, ils exigent des connaissances particulières de leurs lecteurs, à la fois le sur le plan théorique et dans le domaine pratique, à quoi il faut même ajouter le domaine linguistique (le vocabulaire spécialisé). Le lecteur moderne qui veut s’y frotter a un handicap de plus : il est en quelque sorte trop savant, car la notion de « texte scientifique » n’existe pas comme telle dans le monde gréco-romain, où l’on connaît surtout des artes ou des technai, c’est-à-dire des techniques spécifiques.

Sur ce sujet, et particulièrement pour la médecine, voici quelques lectures fondamentales :

  • Histoire de la pensée médicale en Occident, dir. M. Grmek, t. 1, Paris, Le Seuil, 1995.
  • Onians Richard Broxton, Les origines de la pensée européenne sur le corps, l’esprit, l’âme, le monde, le temps et le destin : où l’on interprète de façon nouvelle les témoignages des Grecs, des Romains et d’autres peuples apparentés ainsi que quelques croyances fondamentales des juifs et des chrétiens, trad. de l’anglais par B. Cassin, A. Debru et M. Narcy, Paris, Le Seuil, 1999.
  • Snell Bruno, La découverte de l’esprit et la genèse de la pensée européenne chez les Grecs, trad. de l’allemand par M. Charrière et P. Escaig, Combes, Ed. de l’Eclat, 1994.
  • Lloyd G. E. R., Magic, Reason and Experience. Studies in the Origins and Development of Greek Science, London / Indianapolis, Bristol Classical Press, 1999.
  • Les ouvrages de Jacques Jouanna.

 

A travers quelques exemples, il s’agit de montrer comment les spécialistes modernes de cette littérature particulière abordent les difficultés posées par les traités anciens, pourquoi ils peuvent se tromper et comment ils réussissent à nous aider à améliorer petit à petit notre compréhension de ces textes.

Ainsi, Hippocrate, dans le Traité du régime (c.35), décrit une promenage matinale qui dégage la tête des humeurs liquides : « La tête étant vidée, la vue (opsis) et l’ouïe (akoê) se purgent. » (trad. E. Littré) ou « La tête se vidant, la vue et l’ouïe se purifient. » (trad. R. Joly). Quand on regarde ces traductions, les termes désignant des sens sont associés à l’aisthèsis, la perception par l’intelligence du monde extérieur. Or on trouve dans ce lexique hippocratique le terme opsis comme désignant « la perception visuelle », mais également le « canal ou conduit par lequel passe la vue ». C’est ainsi, comme l’a montré Jacques Jouanna, qu’il faut comprendre akoè ici : « canal de la vision et canal de l’audition », en prenant donc de la distance avec ce que nous savons aujourd’hui du fonctionnement des sens et sans chercher à mettre le sens du texte en adéquation avec nos propres connaissances modernes biologiques ou anatomiques.

Sont également analysés, entre autres, Cassius Felix, De la médecine, 18.1-3, à propos de la thérapeutique des abcès et des problèmes posés par le bilinguisme grec/latin ; Soranos, Maladies des femmes, 3, 17, sur la conception de la matrice chez les Anciens radicalement différente de la nôtre ; Théophraste, 9, 12, 5, sur la pensée thérapeutique ou fonctionnelle par analogie à partir du nom de la plante (en l’occurrence, le pavot d’Héraklès) ; Celse, De medicina, 7, 7, 13, 14, pour la nécessité de croiser les données archéologiques et textuelles, à propos d’aiguilles pour opérer la cataracte.

Il faut souligner enfin que les textes scientifiques ou techniques antiques sont aussi des « beaux » textes : l’écart stylistique entre l’écriture scientifique et l’écriture littéraire qui caractérise souvent notre conception moderne de la science ne vaut pas pour l’Antiquité, ou pas en ces termes et à ce degré. La beauté du texte, sa pertinence et son efficacité persuasive ont souvent partie liée, et il ne faut pas oublier de lire les textes scientifiques avec une grille de lecture rhétorique ou esthétique.


Voir l’affiche de la séance

 

Que faire avec… la notion d’identité ?

Clément Chillet, École française de Rome

Lundi 9 novembre 2015


Membre de l’Ecole française de Rome et également chercheur associé au laboratoire HiSoMA, C. Chillet a tenté de répondre à la question « Que faire avec … la notion d’identité ? »

Dans un premier temps, il précise dans une courte introduction que son discours est axé sur des points d’historiographie de cette notion d’identité, au sein de l’ensemble des disciplines des Sciences Sociales : ethnologie, sociologie, psychologie, sciences politiques, histoire et archéologie.

En effet, la question de l’identité se trouve de plus en plus abordée dans les Sciences Sociales, au cours de ces dernières décennies. Ce foisonnement entraîne certaines difficultés liées aux différentes méthodologies et terminologies employées. Chaque discipline utilise un vocabulaire qui lui est propre, ainsi que des techniques d’approches particulières, et ce, pour une chronologie très étendue. Ainsi, malgré l’importante bibliographie que peut proposer la notion de l’identité, les problématiques qu’elle engendre restent peu concluantes.

Il n’est pas rare que le terme de « culture » puisse faire l’objet d’approches et d’outils de recherche similaires, entrainant généralement une certaine confusion entre les deux notions. Ainsi, l’importance de définir l’échelle à laquelle on travaille apparaît comme fondamentale. Il est nécessaire de définir le groupe ou échantillon sur lesquels on applique l’étude de l’identité, mais également de se poser la question lorsque l’on se trouve au-devant d’une étude sur l’identité : s’agit-il d’une étude au niveau ethnique, civique, régional ?

Chillet donne ensuite la définition générale de la notion d’identité du point de vue des sociologues : « le mot identité, qui vient du latin idem = le même, désigne ce dans quoi je me reconnais et ce dans quoi les autres me reconnaissent. L’identité est toujours attachée à des signes par lesquels elle s’affiche, de sorte qu’elle est à la fois affirmation d’une ressemblance entre membre d’un groupe identitaire mais également d’une différence avec les « autres ». » (Akoun, A. and P. Ansart, Dictionnaire de sociologie. Paris, le Robert-Seuil, 1999.)

 

La question de l’identité est abordée par exemple dans le cas de la romanisation : comment est-on romain et que cela signifie-t-il ? Pour répondre à ces questions, une nouvelle difficulté apparaît : celle des sources.

  • Concernant les sources littéraires, seuls le latin et le grec sont encore disponibles. Ainsi, le silence des sources pouvant être carthaginoises, étrusques ou encore gauloises nous prive de tout le discours d’un peuple ou groupe qui permet de remonter à l’établissement de leur identité.
  • Les sources épigraphiques sont plus nombreuses. Nous avons à faire à une médiation double dans la production et de la transmission. Ces sources présentent néanmoins quelques limites avec l’exemple de l’Italie préromaine. En Italie, l’épigraphie est riche de plus de 20 langues entre le VIIIème et le Ier J.-C. (inscription publiques, privées, funéraire …) : la langue incarne un élément marqueur de l’identité ethnique mais on sait aujourd’hui qu’une langue pouvait être utilisée par plusieurs identités ethniques différentes. Le facteur des langues comme identitaire est donc largement remis en question.
  • Enfin, les sources archéologiques sont les plus utilisées et les plus vastes. Elles regroupent l’architecture, l’iconographie, l’urbanisme et les artéfacts. Toutefois, se pose la question : Un objet peut-il renvoyer à une identité ?

 

Chillet fait ensuite l’analyse critique de deux auteurs dont les ouvrages ont refusé de se fonder sur l’objet comme base de l’identité :

  • Jones, The archaeology of Ethnicity : constructing identities in the past and present, Londres : Routledge, 1997, 180 p. Dans cet ouvrage, l’auteur refuse de parler d’identité à partir de vestiges archéologiques. Il parle de faciès de site, de culture matérielle, mais ne remonte pas jusqu’à une identité.
  • L. Clarke, Anatycal archaeologist, Studies in archaeology, Londres ; New York, 1979, 554 p. L’auteur propose l’hypothèse méthodologique suivante : il ne faut s’autoriser à parler d’identité en se fondant sur la culture matérielle qu’à partir de 450 artefacts communs. Ainsi, la quantité importante de matériel entre en vigueur dans l’établissement d’une identité commune.

 

Pour dépasser cette aporie, d’autres définitions de l’identité peuvent être données :

Il s’agit de l’ensemble des signes qui permettent à un ou des individu(s) de reconnaître son identité mais aussi de la manière dont chaque individu se rattache à cette identité et comment il l’exprime. La mémoire culturelle, qu’elle passe par l’écriture, le souvenir ou l’imaginaire permet d’accéder à l’identité d’un groupe. On parle dans ce dernier cas de structure collective. Il s’agit de tous les processus mémoriels qui font une identité collective : la structure sociale et temporaire pour que cette identité perdure dans le temps.

La notion de culture avait été, dans un premier temps, employée par les ethnologues et notamment par F. Boas dans Race, language and culture, Chicago, London, University of Chicago Press, 1940, 647 p. Son approche de la culture était fondée essentiellement sur l’inventaire de traits culturels qui peuvent ensuite être matérialisés sur une carte afin de mettre en évidence des aires identitaires.

 

Le renforcement de la place de l’individu dans ces études de l’individu a abouti à un renouvellement de la bibliographie. C. Chillet propose de s’arrêter sur deux d’entre eux :

  • Barth, Ethnic groups and boundaries: the social organization of culture difference, Waveland Press, 1998, 153 p. L’auteur, un ethnologue, propose de repérer seuls les traits utilisés par les individus pour affirmer leur propre identité. Cette dernière se définit par le fait de construire la propre image de soi : il s’agit donc d’une stratégie identitaire. Comment cet individu utilise les ressources dont il peut avoir accès ? Cet aspect montre une évolution des traits d’une identité culturelle. Il souligne l’interactionnisme mais également le social, puisqu’il se construit par interaction avec d’autres individus ou d’autres groupes : il s’agit d’une approche poly-agoniste.
  • Assmann, La mémoire culturelle : écriture, souvenir et imaginaire politique dans les civilisations antiques, trad. Fr. Diane Meur, Paris, Aubier, 2010. L’ouvrage traite de l’identité du « je » et l’identité du « nous ». L’auteur ne renonce pas à la notion de traits culturels mais la traite de manière différente. Ainsi, l’identité se construit par rapport aux identités des autres. Il existe donc des traits culturels mais ne deviennent identitaires qu’à partir du moment où les individus en ont conscience. Chacun va pouvoir donner sens à ces traits, dans le but de se différencier. Il s’agit ici d’une approche antagoniste.

Précisons ici qu’il s’agit des deux références les plus employées : elles permettent de traiter des cas aux échelles très différentes mais aussi d’expliquer la disparition des identités, de théoriser l’oubli et l’effacement d’une identité particulière.

 

Chillet termine sa présentation par un exemple : celui de la tombe des Velimna, Perusia, en Étrurie et utilisée du IIIème au Ier s. av. J.-C.

À travers cet exemple, il démontre la présence de traits typiquement étrusques chez un individu pourtant parfaitement romanisé. Dans ce cas, le choix de mettre en avant des thèmes étrusques révèle la construction personnelle de l’identité en rapport avec des traits de l’identité collective « des Étrusques ».


Voir l’affiche de la séance

Que faire avec… les humanités numériques ?

Emmanuelle Morlock, ingénieur d’étude CNRS, laboratoire HiSoMA

Lundi 12 octobre 2015


Emmanuelle Morlock est ingénieur d’étude du CNRS, à HiSoMA, arrivée sur un poste dédié aux questions numériques, aux projets en humanités numériques, après une formation de gestion de l’information. Elle a organisé le récent congrès annuel de la TEI (Text Encoding Initiative) à Lyon en octobre (2015).

En partant du gros buzz autour des humanités numériques (un bac HN, une formation HN à Sciences Po…), E. Morlock a tout de suite précisé que les humanités numériques sont l’affaire des chercheurs, pas seulement des informaticiens ou des documentalistes formées en humanités numériques. Car le travail en humanités numériques requiert par définition une dimension collective, au sein de laquelle la participation des chercheurs est indispensable pour la pertinence et la réussite des projets.

« Que faire avec les humanités numériques ? »  trois manières de comprendre la question :

  1. Que faire de nouveaux outils, de nouvelles méthodes, pour être plus efficace dans mon travail ?
  2. Qu’est-ce qu’on DOIT faire avec les humanités numériques ? Qu’est-ce qui a radicalement changé dans la recherche et qui oblige de changer certaines habitudes ?
  3. Qu’est-ce qu’on peut faire pour se débarrasser des humanités numériques ?

Il faut d’abord définir la notion des humanités numériques.

  • Les « humanités numériques » sont à l’intersection entre les Humanités et le numérique et se distinguent des « humanities computing » (considérées comme trop technologiques).
  • Les humanités numériques concernent les humanités au sens large, c’est-à-dire toutes les disciplines des Sciences humaines et sociales.
  • La définition est problématique et ne doit ni se contenter de la pure technicité ni s’élargir à la formation aux mutations du numériques dans l’entreprise et la société.

E. Morlock a ensuite dressé un panorama des humanités numériques telles qu’elles sont faites, promues, diffusées. Pour l’Antiquité, on trouve Digital Classicist, EpiDoc, Stoa, Open Context
Quelques grandes tendances se dessinent :

  • Interopérabilité
  • Pérennité
  • Recherche pilotée par les données

Différents types de projets ont déjà vu le jour : collections / expositions virtuelles ; éditions numériques ; visualisations de données ; cartes et SIG ; reconstitutions 3D ; analyses textuelles ; frises géo-temporelles.
La structuration des données se fait en fonction des objectifs de chaque projet, mais il existe des référentiels communs, qui permettent de faire des liens entre tous les projets : Pelagios pour les lieux anciens ou SNAP pour la prosopographie sont les deux exemples les plus aboutis pour les sciences de l’antiquité et des mondes anciens.

Pour la méthode à suivre, la meilleure lecture est celle de l’article de Myriam Posner (UCLA), « How Did They Make That? » : on y comprend comment sont conçus les projets et comment on peut concevoir le nôtre, avec 3 ou 4 couches (présentation pour les humains < présentation pour les machines < traitements < sources).

Enfin, plusieurs exemples plus précis sur l’Antiquité montrent les réalisations abouties ou en cours et toutes les questions que posent ces nouveaux projets.

  • L’exemple d’une édition épigraphique décompose les couches ainsi :
    • Sources : intégration d’éditions du 19e siècle dans un même corpus, avec les extensions et d’autres supports que la pierre ;
    • Traitements : balisage XML/TEI EpiDoc + métadonnées structurées, version diplomatique, leiden, xml + traduction, commentaire et image ;
    • Présentation pour les machines : pas prévue ;
    • Présentation : plateforme Kiln + feuille de style EpiDoc ; XML présenté pour la lecture ; moteur de recherche.
  • L’exemple de la visualisation de données sous forme de graphe à partir des métadonnées représente les interactions et les réseaux, entre des personnes, des lieux… Ce type de visualisation de la recherche et dans la recherche permet d’interroger et prolonger le questionnement, pas seulement d’illustrer un résultat ou une affirmation.
  • Enfin, l’exemple de Pelagios, une communauté de pratique et de projets, dédiée à l’annotation sémantique des références aux lieux anciens dans les ressources numériques. En indexant leurs textes et leurs bases de données avec un un même référentiel commun de lieux géographiques antiques, différents projets peuvent s’interconnecter. Le moteur de recherche Recogito, permet d’accéder des recherche dans l’ensemble des ressources du réseau Pelagios. Les outils proposés par Pelagios (moteur de recherche, API, outil d’annotation). Pleiades peut également être utilisé pour aligner des référentiels géographiques existants.

Pour conclure, quelques considérations sur l’impact et la cible des humanités numériques :
•    L’activité interprétative reste centrale.
•    Beaucoup de nouvelles choses sont possibles ; les choix techniques à faire sont aussi des choix intellectuels.
•    Les humanités numériques posent de nouvelles conditions pour la diffusion de la recherche.
•    Les chercheurs ont de nouvelles compétences à développer.
Donc, que faire avec les humanités numériques ? — Tenter de les comprendre, les pratiquer et se former en les pratiquant, participer à la conception des outils et des infrastructures, repérer le potentiel de certains projets.

CODA
Comment faire si on a un projet en humanités numériques à HiSoMA ?
E. Morlock peut donner sa vision des choses, tirer des ficelles et apporter un guide. Elle orientera ensuite vers des ressources d’auto-formation, avec des lectures pour commencer (surtout en anglais).

Pour commencer : Digital Classicist
Projets en humanités numériques en cours à HiSoMA :


Voir l’affiche de la séance

Télécharger le PowerPoint de l’intervention

Que faire avec… un anthroponyme ?

Sophie Minon, Professeur de langue et linguistique grecques, Université Jean Moulion Lyon 3

Lundi 4 mai 2015


Que faire avec un nom de personne grec… suivant que l’on est philosophe, juriste, archéologue, historien, sociologue, spécialiste de la religion, de la littérature ou linguiste ? Les noms propres historiques ou fictifs sont un champ d’étude à la fois transversal, universel et illimité. C’est avec les yeux du linguiste qu’est examiné ici l’ensemble les questions que posent ces éléments linguistiques spécifiques, à l’intérieur mais en marge du lexique.

Pourquoi étudier un nom ? Il existe un grand nombre de raisons : dans une perspective théorique et philosophique, comprendre la motivation de la dénomination. Par exemple, le nom de divinité doit avoir un signifiant portant les traits saillants de la divinité, qui souligne une sorte d’immanence du nom propre. Dans une perspective juridique, étudier l’individuation et ses variations dans un contexte de transmission : le nom se transmet en principe comme le patrimoine, du grand-père au petit-fils, l’écart d’une génération permettant le respect de l’individualité. Sur un plan historique et culturel, les noms renseignent sur le brassage ethnique ou sur le prestige associé à une fonction (par exemple, en France, le forgeron : Desforges, Lefèbvre, etc). C’est par le nom que l’on construit des prosopographies. Dans une approche littéraire, enfin, l’univers d’un auteur peut être caractérisé par une onomastique qui lui est propre, qu’elle soit anthroponymique ou toponymique. L’étude du nom peut donc extrêmement transervale. C’est dans cette présentation le point de vue linguistique qui est développé, à partir des noms de personne en grec.

Dauzat, dans son Dictionnaire étymologique des noms de famille et prénoms de France (Paris, 1951, Intr., p. 5), souligne : « Chacun s’intéresse à son nom — à ses noms — et voudrait en connaître le sens originaire (…). Les noms de personnes font partie de notre patrimoine linguistique au même titre que les mots du vocabulaire (…). Les noms de famille, transmis généralement depuis des siècles, offrent un puissant intérêt psychologique et social : ne portent-ils pas sur leur visage le reflet, l’empreinte des civilisations passées ? ». Cette approche linguistique du nom propre a un triple intérêt : le premier est étymologique donc diachronique, quand on cherche à reconstituer l’évolution du signifiant au cours du temps. Le deuxième est sémantique : on élucide le signifié en le comparant en synchronie aux autres éléments du lexique et, au-delà, en s’appuyant sur les motivations sociales et psychologiques qui ont guidé les parents. Dans le cas d’un anthroponyme attesté très anciennement, la sémantique peut être diachronique : on peut faire l’histoire de l’évolution du sens en remontant, notamment pour les noms composés, à des éléments de phraséologie poétique indo-européenne. On trouve par exemple chez Homère le groupe κλέος ἄ-φθι-τον « gloire immortelle » (e.g. Il. 9, 413) et dans le Rig-Veda, en sanskrit, le groupe équivalent : « sravah a-ksi-tam ». Autre exemple : on trouve en grec l’anthroponyme composé Εὐ-κλέFης, en dalmate-pannonnien Ves-clev-es (comme le prénom Vaclav, par ex. Vaclav Havel), et en sanskrit Vasu-sravas, qui signifient tous « Bonne gloire ».

Enfin, il existe un intérêt morphologique. L’anthroponymie est un jeu de construction par combinaison ou liaisons – d’où le choix de l’illustration de la séance. Ces liaisons entre les éléments sont des possibles et non des réalisations en tant que telles. Il faut procéder à l’identification des éléments qui composent le nom, car les liaisons ne sont pas toujours apparentes, et on ne sait pas toujours identifier les composants. Par exemple, le radical dans un nom Δαμ- peut être rapproché soit si le –a est long, de dèm-, dèmos (= peuple), δᾱμ- > δημ- ; soit au contraire, si le –a est bref, de dam-, damazo (= dompter), Δαμ- = Δᾰμ-. Or on sait que le génitif de Δάμ-ων est Δαμέω, et ce génitif en -έω provient d’un suff. -ῆς < -έας donc d’un pays ionien. C’est donc le deuxième sens « dompter » qui est le sens originel du nom. Il y a donc un va-et-vient constant, dans la linguistique, entre le lexique et le stock d’anthroponymes. Il existe bien entendu des cas complexes, par exemple de lecture différente du nom dans chacune des langues, qui peut expliquer la popularité d’un nom qui avait un sens dans chaque langue.

Un exemple développé de reconstruction formelle et de ses difficultés : le nom de femme Ἀγαθᾱμερίς, attesté à la fin de l’époque hellénistique (génitif en –idos). Patronyme d’une femme peut être introduit par l’article féminin. C’est un peu ancien (IVe siècle avant- Vie siècle après J.-C.). La démarche étymologique est la même que pour le lexique, mais si l’on possède le cotexte linguistique d’un lexème (l’adjectif qui l’accompagne ou le verbe, etc.), ce n’est pas le cas pour le nom. Seul le patronyme, dans une formule onomastique, nous aide : Si Ἀγαθᾱμερίς avait un père du nom de euameros, on aurait un élément de preuve qu’il faut segmenter : Ἀγαθ-ᾱμερίς. Mais ce n’est pas le cas. Il faut donc faire des hypothèses :

1) Ἀγαθ-ᾱμερίς = une « Madame Bonjour ».

2) Ἀγαθᾱ-μερίς = « à la bonne part », donc « Madame Bonparti » (un composé possessif, avec deux éléments x-y, en relation de type « x est à y »).

3) Ἀ-γαθ-ᾱμερίς = avec le radical d’ionien attique γηθ-έω « rayonner de joie », d’où « Madame jour-sans-joie ».

Sont étudiées alors les hypothèses en écartant les plus improbables : l’hypothèse 3 est a priori suspecte, car les composés à trois éléments sont rares, même dans le lexique. On trouve quelques noms grecs composés sur le radical γηθ-, de même que dans le lexique on trouve le radical γηθ- avec un a- privatif, mais on ne trouve pas l’équivalent dans l’onomastique. Cette hypothèse n’est donc pas viable. L’hypothèse 2 pose d’autres problèmes : on ne rencontre jamais un second élément -μερίς en relation avec la notion de « part », et il n’y a pas par ailleurs de composé en -μερ, mais toujours en ᾱ/ήμερ-. Si l’on regarde alors les collocations, c’est-à-dire les syntagmes en composition avec l’adjectif « bonne » et le nom « part » qui correspondraient à une expression usuelle, on constate qu’il n’y en a pas, et qu’il y a donc fort peu de chances qu’on en fait un nom propre. C’est dès lors l’hypothèse 1 qui est la plus viable : c’est nom bien attesté, mais dont les équivalents lexicaux et les associations syntagmatiques apparaissent tardivement on a des composés tardifs.

En définitive, il faut souligner d’une part la nécessité d’être prudent dans l’exploitation de ces éléments en marge du lexique et sans co-texte linguistique, d’autre part que l’étymologie et la sémantique des anthroponymes ne peuvent s’éclairer que par la comparaison : soit à l’intérieur du grec (radicaux anthroponymiques vs. lexicaux, variantes dialectales, composés anthroponymiques vs. lexicaux et associations syntagmatiques lexicales, y compris en grec moderne), soit à l’extérieur du grec (comparaison avec d’autres systèmes onomastiques, celui du sanscrit, du thrace, du latin, du français, de l’allemand, en se centrant sur des langues qui pratiquent comme le grec la composition nominale).


Voir l’affiche de la séance

Télécharger l’exemplier