Que faire avec… un réseau ?

Vincent Chollier, doctorant du laboratoire HiSoMA

Lundi 3 avril 2017


Pour répondre à la question « que faire avec un réseau ? », l’important est en premier lieu de savoir ce que l’on entend par le mot « réseau ». Une définition, tirée du Larousse en ligne, indique qu’il s’agit d’un « ensemble de lignes ou d’éléments qui communiquent et s’entrecroisent ». Cette notion peut être considérée comme polysémique : elle est employée dans un ensemble de disciplines pour signifier réseaux d’échanges, réseau routier, réseau informatique et peut présenter parfois un aspect péjoratif s’il est employé pour définir des réseaux secrets ou encore clandestins. En Sciences Humaines, on parle souvent de réseau de pouvoir, de réseau familier ou encore de réseau d’influence. D’un point de vue étymologique, « réseau » vient du latin rete qui signifie filet : il correspond à l’ensemble de lien permettant de relier des nœuds qui correspondent à des entités ou des individus. Cette définition reste encore très vague mais est pourtant de plus en plus utilisée dans le domaine des sciences humaines. L’analyse de réseaux sociaux ou social network analysis (SNA) est une discipline apparue comme un domaine d’étude dans les années 1960 sous l’impulsion du département de sociologie de Harvard. Elle se fonde sur la théorie des graphes, une méthode mathématique qui vise à quantifier des réseaux en tout genre.

On peut donc se demander comment identifier un réseau et comment le représenter ? L’exemple pris pour illustrer ce modèle est la stèle du scribe royal Inay (Le Caire, Musée égyptien, inv. CG 34080), montrant des personnages connectés les uns aux autres mais ne donnant aucune indication chronologique.

L’outil premier pour cette démarche va résider en la création d’une base de données raisonnée, comportant des éléments de jointures associés à des sources ou des faits communs à une voire plusieurs entités/individus. L’important dans cette base est donc de créer une codification qui permettra de rapprocher à travers des liens différents éléments, les entités ou individus entre eux.

Une fois la base de données créée, elle est importée dans un logiciel d’analyse de réseaux. Il en existe plusieurs : PAJEK ; Ulcinet ou encore GEPHI.

Le groupe statuaire du « chef de la police » d’Ameneminet (Naples, Museo archeologico nazionale, inv. 1069), représente 24 personnages autour d’un personnage central, Ameneminet. Chacune des caractéristiques de ces personnages a donc été enregistrée dans une base de données, accompagnée de l’ensemble des sources mentionnant ce personnage. Le traitement de ces données a montré la mise en relation de chacune de ces caractéristiques avec l’ensemble des personnages présents sur la stèle et offre un nuage de points reliés entre eux autour d’un personnage central, Ameneminet. Ainsi cette représentation de nœuds reliés entre eux met en avant organisation des personnages les uns par rapport aux autres. A ces données peuvent être ajoutés des coordonnées lambert, projetant ainsi le modèle de visualisation de ce réseau sur une carte. Enfin, des données chronologiques peuvent également être appliquées afin de réaliser un tri par génération en fonction d’indices présents dans les sources.

Le groupe statuaire du « chef de la police » d’Ameneminet. Naples, Museo archeologico nazionale, inv. 1069

Ainsi, GEPHI peut présenter un ensemble de projections différentes illustrant les liens entre un dénominateur commun. Dans le cas présent, il s’agit d’Ameneminet mais ce dernier peut tout à fait être exclu afin de mettre en évidence les liens présents entre chaque autre personnage de la stèle.

L’intérêt de cette présentation réside à la fois dans les résultats obtenus, qui mettent en avant des liens entre les personnages et les institutions qui ne sont pas toujours évidents dans les sources, mais également dans le processus de visualisation de ces liens.

Pour aller plus loin :

  • ResHist : reshist.hypotheses.org
  • FMR : groupefmr.hypotheses.org
  • HNR : historicalnetworksearch.org

Voir l’affiche de la séance


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.