Que faire avec… l’intertextualité ?

Pascale Brillet, Maître de conférence en langue et littérature grecques à l’Université Lumière Lyon 2

Lundi 6 mars 2017


L’intertextualité est l’ensemble des relations entre deux textes. Le plus évident, c’est la citation. Puis viennet tous les types d’allusions, de l’emprunt littéral et visible à des références implicites, ou même des rapports plus généraux, comme l’appartenance à un même genre ou une même aire linguistique (une métaphore lexicalisée serait déjà de l’intertextualité).

Un texte n’est jamais seul, il est toujours dans un réseau. À cela s’ajoute la conception agonistique de la littérature.

Que faire avec l’intertextualité ?

  • Identifier les parallèles d’autres textes pour faire l’édition critique d’un texte, pour choisir une leçon ou faire des corrections, c’est-à-dire pour établir un texte.
  • Faire de l’histoire littéraire. Avant les années 1960, la Quellenforschung recherchait les sources pour mettre en relation des textes, afin d’identifier les influences des auteurs, de situer le texte (le date) et de le situer dans un genre. À partir des années 1960)1970, on s’interroge surtout pour savoir ce qu’apporte l’intertexutalité au commentaire et à l’analyse des choix poétiques.

Ci-dessous, quelques exemples d’une poétique de l’intertextualité à partir d’Homère.

1. Ajax de Sophocle // Homère, Iliade, VI

Sophocle réécrit l’Iliade. La proximité du modèle ne fait que souligner les différences entre les deux couples Hector – Andromaque / Ajax – Tecmesse. Sophocle interprète la scène d’échage d’arme (Iliade VII) d’une manière bien spécifique : le moment où le destin des deux personnages s’est noué.

2. Scène d’armement Iliade  // Argonautiques d’Apollonios de Rhodes

Chez Homère, Pâris, Agamemnon, Patrocle et Achille sont présents. Les vers sont formulaires, dans une scène-type très connue. Chez Apollonios de Rhodes, la poésie savante reprend une scène d’armement qui débouche habituellement sur un duel dans un cas où il n’y aura pas de duel.

L’armement d’Aiétès reprend les scènes de l’Iliade, avec une closule qui signale l’imitation d’Homère : l’allusion à Homère est immanquable ici.

Pourquoi cette référence à Homère ici ? C’est justement l’écart qui est intéressant : Aiétès ne se bat pas ! C’est donc une parodie. Apollonios attire l’attention sur l’autre côté : Jason s’enduit le corps mais ne s’arme pas comme un héros homérique. Ce n’est donc pas un exploit homérique à l’ancienne, ce qui est une manière de dire que le projet d’Apollonios de Rhodes est de faire une épopée nouvelle, avec un couple héroïque et pas un héros seul.

3. Troyennes d’Euripide // Iliade XXI et XXIV

Le prologue de Poséidon est incroyable ! Il n’a jamais été l’allié des Troyens (cf. Iliade), donc l’Iliade n’est pas le passé de cette pièce. Euripide ne cherche pas à rétablir une vérité, mais veut montrer les relations entre Troie et Poséidon et souligner que, si Poséidon est lallié des Troyens, alors il est le rival d’Athéna – la scène de leur rivalité est représentée sur le fronton Ouest du Parthénon, terminé quelques années plus tôt (la pièce date de 415 a. C.).

L’intertextualité homérique et l’écart par rapport doivent être rapprochés de la mythologie athénienne : problème de la guerre (en particulier de la guerre du Péloponnèse), portée politique importante…

 

En conclusion, l’intertextualité est la marque d’un projet poétique, tout autant que le projet poétique se fonde sur l’intertextualité.


Voir l’affiche de la séance

Télécharger l’exemplier


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.