Que faire avec… une restitution ?

Jean-Charles Moretti, Directeur de recherche au laboratoire IRAA (Institut de Recherche sur l’Architecture Antique)

Lundi 13 février 2017


La restitution en général permet de retrouver l’intégrité d’un élément dans un domaine, c’est-à-dire restituer le disparu. Pour l’architecture antique, il s’agira notamment de retrouver les éléments réalisés en matériaux périssables comme, par exemple, les éléments de charpente.

Pour donner une définition simple, la restitution permet de retrouver la ou les formes successives d’une architecture passée. Le terme peut alors prendre deux sens. Un premier correspond au processus intellectuel qui revoie à la forme originelle de l’édifice. Le deuxième renvoie au moyen permettant de l’identifier. Ainsi, il faut tout d’abord penser à la manière dont un fait une restitution.

Ainsi, la restitution est une procédure logique qui conduit à retrouver la forme compléter d’un bâtiment à un moment donné et d’en trouver les procédés de réalisation. Au sein de cette procédure entre en jeux la restauration ou encore de la reconstitution.

La RESTAURATION se caractérise par l’assemblage d’éléments dispersés. Il peut s’agir de blocs brisés en plusieurs morceaux, comme la Colonne Clermont ou l’Olympéion à Athènes. La complexité des formes va permettre de favoriser la restauration. Le mur à appareil polygonal de Delphes illustre parfaitement cet exemple ; d’autres, tels que les scellements ou les décors vont jouer le même rôle. La restauration peut être manifestée ou non par un rapprochement physique, amenant à réaliser une anastylose. Cette dernière est considérée comme le moyen le plus sûr de progresser vers la découverte de la forme originelle d’un bâtiment, mais a également de ses points faibles.

La RESTITUTION, quant à elle, correspond à la recherche d’une forme par référence à un modèle, à un texte, une image contemporaine. Les travaux de Pline le Jeune offrent une description détaillée de sa villa. En fonction du point de vue des lecteurs, les restitutions proposées étaient toutes différentes les unes par rapport aux autres. Le mausolée d’Halicarnasse apparaît sous différentes formes ou encore les colonnes à Bordeaux (restitution au XVIIe s. av. J.-C. d’un bâtiment entièrement détruit aujourd’hui).

On peut compter quatre catégories de restitution :

  • Soit il s’agit d’une référence à l’édifice lui-même (cassure d’un bloc par exemple, mais qui peut s’appliquer à une colonne complète, un gradin de théâtre ;
  • soit il s’agit d’un emplacement de bloc en référence au bâtiment en lui-même, on parlera alors de restitution générique ;
  • soit elle fait référence à un corpus pertinente, et dans ce cas, cela nécessite d’avoir plusieurs caractéristiques du bâtiment comme la date, le lieu, le type d’édifice ou encore le style. Un travail de recherche est à réaliser en amont ;
  • Soit elle fait référence aux proportions, aux tracés, aux modules dans une logique géométrique. Dans ce cas présent, on part du principe que des colonnes sont identifiées les unes par rapport aux autres.

Lorsque la restauration n’est pas possible, on favorise la restitution. Cette dernière tend à la rationalisation puisqu’avec la référence on recrée ce que l’on connaît déjà. Les corpus de références évoluent sans cesse du fait de la multiplication de restitutions, il est donc très importation de consulter la datation et la date de l’exécution d’une restitution.

La restitution ne doit pas être confondue avec RECONSTITUTION, processus qui tend à donner une idée ou image non justifiée par vestiges ou modèles. Il s’agit par exemple des envois de Rome. Constant Broyeux en 1866 présente une œuvre davantage artistique que rationnelle. La reconstitution dépend donc beaucoup de l’œil de celui qui le reproduit. À Olympie à la fin du XIXe, la restitution est vue comme finalité de leur étude. Aujourd’hui, les travaux de Jean-Claude Golin reconstituent les villes antiques par comparaison avec un modèle, mais sans se caler sur des vestiges architecturaux.

La restitution montre différents modes d’expression :

  • Par le langage, qui donne un exposé du processus logique ;
  • Par les images, en 2D ou 3D, en numérique ou encore en maquette. Elles permettent de montrer les limites et étapes de la restitution en utilisant, par exemple, différentes couleurs entre parties restituées et parties présentes. La co-présence de différentes restitutions peut également montrer les limites du processus ;
  • Par la restauration complète de l’édifice, en donnant comme exemple le portique d’Attale à Athènes ;
  • Par le virtuel.

Nous pouvons ainsi nous demander quelle est éthique de la restitution :

  • Faut-il restituer ? Les débats actuels portent davantage sur la vraisemblance avec le modèle original, mais aucun critère pour la validation.
  • Faut-il tout restituer et restituer entièrement ? La restitution permet de comprendre comment ont été réalisé, créer les pièces architecturales antiques.
  • Faut-il illustrer les restitutions puisque l’image va bien au-delà du raisonnement ? Il arrive souvent que ceux qui raisonnent ne sont pas ceux qui restituent, amenant à des incohérences.

La restitution n’est donc pas une fin en soi. Il s’agit d’un processus permettant d’étudier le moyen d’arriver à une fin et, dans le cas présent, à un édifice antique.


Voir l’affiche de la séance


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.