Que faire avec… un port ?

Jean-Philippe Goiran, chercheur au laboratoire Archéorient

Lundi 5 décembre 2016


La géoarchéologie s’intéresse au port en tant que contenant (molles) et contenu (eau et sédiments). Un port a trois limites, qui isolent quatre ensemble : les éléments pré-portuaires, le portuaire, le sédiment, l’eau – la dernière limite étant le niveau de la mer.

L’étude d’un port se fait beaucoup par carottage, avec chemisage par cylindre, entre chaque mètre pour éviter la contamination.

Différentes informations sont obtenues par l’étude d’un port :

  • L’identification de ports perdus. Exemples : À Cumes, le port n’est pas là où l’on pensait, mais c’est la lagune au Nord en connexion avec la mer ; Kibotos, le port fermé dans le port Est à Alexandrie… ; à Ostie, la présence du port a été confirmée par deux carottages exceptionnels.
  • La connaissance du type de bateau qu ipermettait d’accéder au port, selon la profondeur du port et le tiran d’eau des navires.
  • Le calcul de la remontée relative du niveau marin, à partir de la faune marine, des encoche, des bivalves et des galets.
  • L’appréciation d’un bon ou d’un mauvais bassin portuaire : un bon port protège des vagues et donc la sédimentation se fait plus facilement que dans un mauvais port, agité par les flots.

Voir l’affiche de la séance

Télécharger le PowerPoint de l’intervention 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.