Que faire avec… un pot ?

Sabine Fourrier, Chargée de recherche, laboratoire HiSoMA

Lundi 7 novembre 2016


Répondre à la question « Que faire avec un pot ? » revient à se demander comment aborder ce matériau, mais aussi que va-t-on pouvoir tirer de l’étude de ce pot dans son ensemble.

1. Comment aborder un assemblage céramique

La première approche va permettre de reconstituer un assemblage archéologique : l’ensemble céramique, une fois intégré dans son contexte de découverte, va fournir des informations sur la fonction et sur l’utilisation. La première phase du travail est donc le tri de l’assemblage, en vue d’une identification de chaque fragment ou vase.

Plusieurs tris sont à entreprendre afin de fournir les informations concernant la fonction, l’origine et la datation :

  • Le tri en fonction de l’usage de la céramique : céramique fine ou céramique commune. Les premières sont utilisées pour le service et la consommation de produits liquides ou solides, tandis que les deuxièmes renvoient à la vaisselle de préparation et de cuisson des mets. Au sein de ces deux groupes, une distinction est faite entre vases fermés et vases ouverts.
  • Le tri en fonction des productions : céramiques locales et céramiques importées.
  • Enfin, un dernier tri peut également être appliqué en fonction de la datation. Dans un ensemble céramique, l’élément le plus récent va fournir une valeur chronologique au tout. Certains fragments peuvent être résiduels et vont néamoins apporter de précieux renseignements sur les contextes antérieurs et sur les interactions entre les occupations d’un même site.

La deuxième étape d’une étude céramologique correspond au comptage. Deux types de comptages sont appliqués, et doivent être exposés ensemble dans l’interprétation pour avoir une vision d’ensemble du lot céramique. Ainsi, le dénombrement prend en considération le NR ou NF (nombre de restes/de fragments) ainsi que le NMI (nombre minimum d’individus). Le premier comptabilise l’ensemble des fragments du lot tandis que le deuxième, l’ensemble des bords après collage renvoyant à un individu. Ce dernier permet de quantifier le nombre de vases que comporte le lot. Grâce à cette pratique, il est possible de renseigner le taux de fragmentation du lot, donnant ainsi des informations sur son interprétation et sa remise en contexte. Aujourd’hui la céramique n’est plus étudiée en tant que bel objet, mais bien comme élément constituant un ensemble archéologique.

2. Comment interpréter cet ensemble ?

Étudier un pot ou des fragments seulement de ce pot va permettre une mise en évidence des transferts et les échanges, économiques, culturels ou encore sociétaux.

Les pots sont la signature d’un atelier de production et leur circulation sera le moyen de définir des circuits de commerce. On peut aussi travailler à identifier plusieurs productions locales, qui peuvent renvoyer à des regroupements d’ordre politique. L’étude de ces productions céramiques peut donc être associée à des études d’anthropologie culturelle[1]. Une première distinction entre productions locale ou importée se fait par la pâte (matière première) qui peut être analysée soit par la pétrographie[2] ou par les analyses physico-chimiques[3]. Une deuxième distinction peut être faite d’après le répertoire de formes, le revêtement de surface et la typologie des décors. Dans le cas par exemple où les formes sont identiques sur plusieurs ateliers, l’analyse sera poussée jusqu’aux décors qui permettront d’identifier différentes productions. L’étude de ces décors va permettre d’identifier différentes « mains » de potier ou de peintre. Ces études ont notamment été menées par John Beazley au XXe siècle.

L’étude de différentes catégories et notamment des amphores va également permettre d’appréhender les relations commerciales et culturelles. Ces dernières sont réalisées dans le but de transporter des produits, généralement liquides, mais pas seulement, par voie maritime. D’autres céramiques vont accompagner ces cargaisons et seront associées à la consommation et au service (comme les coupes à boire ou les cruches) de ces produits. Ils répondent donc à une demande de la part d’une population.

Ainsi, le pot est également un marqueur culturel fort. Par exemple, certaines formes de type étrusque sont produites à Athènes comme les amphores nicosthéniennes qui répondent donc à une demande étrusque. Inversement, des formes caractéristiques grecques vont être produites en Étrurie pour répondre aux attentes locales.

L’étude de la céramique peut aussi supposer les gestes d’une population. Ainsi, le pot à cuire à fond plat et les marmites à fond bombé coexistent et montrent l’adoption de coutumes exogènes pour une population locale, ou bien montrent la présence d’une population immigrée au sein d’une population locale. La marmite va ensuite prendre le dessus et supplanter le pot à cuire ce qui traduit d’une véritable acculturation de la population locale. En plus de l’usage de catégories précises, les techniques de fabrication vont également traduire d’échanges culturels, avec la création de productions hybrides.

L’étude de la forme des céramiques induit une fonction particulière. Dans ce cas, il faudra faire attention entre utilisation primaire et secondaire. Quelques exemples de formes renvoyant à une fonction première définie[4] :

  • Le stockage avec les pithoi ;
  • Le transport avec les amphores, puisqu’elles sont munies de deux anses ;
  • La conservation avec le cratère ;
  • Le service avec toute la série des cruches et des vases à parfum ;
  • La consommation avec les assiettes et coupes ;
  • La cuisson avec les marmites ;
  • La préparation avec les mortiers.

Associées aux différentes analyses et attribution, l’analyse spatiale de la céramique va également indiquer une fonction aux lieux où elle a été retrouvée : l’accumulation de céramiques de cuisson ou de mortiers dans une maison va supposer que l’on se trouve dans la cuisine.

Enfin, un des points fondamentaux de l’étude d’un pot ou d’un ensemble céramique est l’établissement des typo-chronologies, permettant de montrer l’évolution des formes dans le temps. Lorsque chaque pot est remis dans son contexte archéologique, il donne une valeur chronologique à l’ensemble.

[1] Voir les études de Francis Croissant et Nicolas Coldstream.

[2] Identification sur lame mince de la nature des minéraux présents dans la pâte

[3] Identification des différents composants chimiques de la pâte.

[4] Voir l’ouvrage de Michel Bats : Bats M., Vaisselle et alimentation à Olbia de Provence (v. 350-v. 50 av. J.-C.). Modèles culturels et catégories céramiques, (RAN, suppl. 18), CNRS, Paris, 1988.


Voir l’affiche de la séance


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.