Que faire avec… une citation ?

Camille Gerzaguet, Chercheuse associée à HiSoMA

Lundi 2 mai 2016


Pour savoir que faire avec une citation, il est important de savoir qui cite, mais aussi qui est cité. Dans le premier cas, il s’agit de l’action de citer, dans le deuxième, le résultat. L’un ne peut être dissocié de l’autre, comme nous pourrions le croire.

D’un point de vue sociétal, la pratique citationnelle renvoie à la notion de savoir. Elle comporte donc une obligation d’ordre éthique. L’art de la citation était beaucoup pratiqué dans l’Antiquité : elle constitue une tradition de réemploi d’une culture antérieure et joue un rôle dans la création de l’imaginaire de chacun. Afin de répondre à la question, on va s’intéresser au contenu du corpus, à la forme (littérale, tronquée, traduite) et le contenu (les règles).

  1. S’interroger sur plusieurs problématiques.

D’un point de vue sémiologique, tout texte peut être cité et donc devenir citation. Le texte qui l’emploie comme texte citant donc devient un texte cité à son tour. Le texte citant est donc texte d’accueil. L’énoncé cité est un signe qui passe d’un système sémiotique à un autre. Dans un énoncé, la citation est un signe et s’insère dans un dispositif triangulaire comprenant un objet, un signe et la représentation de cet objet (soit son sens direct, soit son interprétation).

Selon Mikhaïl Mikhaïlovitch Bakhtine, théoricien et historien russe, lorsque l’on cite, il peut y avoir deux orientations possibles. L’une est objectivo-analytique ; l’autre efface les limites entre textes cités et citant et en se fond davantage. Ces deux orientations sont valables pour les textes patristiques, mais présentent tout de même des variantes. On découvre alors la manière donc les textes cités peuvent être utilisés.

L’intertextualité est une notion formulée par Julia Kristeva, qui se définit comme une interaction textuelle. Pour Roland Barthes « tout texte est un tissu nouveau de citations révolues ». Elle est aussi abordée par Bakhtine. Gerard Genette, en 1982, parle de transtextualité, renvoyant à un champ plus large de l’intertextualité qu’il définit comme citation, plagiat ou allusion. On peut donc définir une citation de littérale (verbatim), mais comment distinguer la citation de l’allusion ou de la paraphrase ?

  1. Citation comme action de citer ou comme résultat ?

Si la citation est vue comme un objet, cela induit la préexistence d’un texte par rapport à un autre, C’est également le cas pour l’allusion et la paraphrase. Genette fait cependant une distinction entre les deux en se demandant si ces dernières renvoient à une référence littérale explicite ou non. Pour les textes chrétiens, cette distinction est plus compliquée à appréhender et nécessite donc plus de prudence dans son étude et interprétation.

Dans les éditions Budet, une différence sera faite entre citation normale et en italique. Ce choix permet de relever celle étant une citation ou allusion, et celles étant de la paraphrase. Pour identifier généralement une citation, on utiliser des guillemets. Au Moyen-Age, on utilisait différente couleur ou bien différente écriture.

Cependant, le problème réside souvent dans l’identification de cette citation. En effet, si le texte de base a été perdu, on ne connaitra pas le texte cité de base. Un autre problème renvoie à la difficulté de la part du chercheur de retrouver dans les textes la citation originelle. La part d’élucidation est néanmoins très importante et constitue le socle pour recherche d’autres chercheurs.

La datation de l’œuvre citante se fait par chronologie relative avec l’œuvre citée. L’œuvre qui cite est datée antérieure à l’œuvre citante. Ainsi, dans le cas où l’on connaît la datation de l’œuvre citée, elle nous fournit une valeur de terminus post quem. Inversement, si l’on connaît la date de l’œuvre citante, elle nous fournit le terminus ante quem.

La citation va nous renseigner sur la culture de la personne qui cite. Par exemple, Claudien Mamert, philosophe du Ve s. et ami de Sidoine Apollinaire, évêque de Clermont, cite Platon et d’autres philosophes non connus. Ces citations incarnent les seules traces qu’il nous reste d’une œuvre. On appelle cela la tradition indirecte. Inversement, la tradition directe est la transmission faite par les manuscrits. Dans le premier cas, elle change de statut, mais devient un fragment. Athénée de Naucratis organisait des banquets avec concours de citations. Grâce à cette démarche, un grand nombre de comédies grecques de l’époque nous sont connues aujourd’hui.

Pour conclure, la citation est devenue un instrument. Son sens peut être affecté et donc créer une mutation. Elle possède des fonctions rhétoriques (argument d’autorité), polémiques et ornementales dans le choix des mots ou des images par exemple.

Pour aller plus loin :

  • Biblindex: index des citations en ligne qui permet de chercher les citations dans les manuscrits patricides. Il s’agit d’un index exhaustif des textes chrétiens et juifs qui donne l’accès aux textes sources. Il compte actuellement 400 000 citations.
  • Tex-ReUse: recherche automatisée de textes antérieurs pour contrer le plagiat sicent. Recherche menée par Merter (GB) Gertrude (All). Il est lié à la base Biblindex.

Voir l’affiche de la séance

Télécharger l’exemplier


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.