Que faire avec… le genre ?

Marine Bretin-Chabrol, Maître de conférence en langue et littérature latines à l’Université Jean Moulin Lyon 3 & Pascal Luccioni, Maître de conférence en langue et littérature grecques à l’Université Jean Moulin Lyon 3

Lundi 4 avril 2016


L’approche par le « genre » cherche à comprendre comment une langue, un groupe social, un genre littéraire ou un auteur déduisent (ou non) de la différence sexuelle des corps (mâles et femelles) la nécessité de distinguer des rôles sociaux (professionnels, politiques, familiaux, sexuels, etc.) et de les hiérarchiser au sein d’un système de normes et de valeurs.

Cette approche s’est constituée en un champ, les gender studies, qui a longtemps été considéré avec méfiance par la communauté universitaire, pour plusieurs raisons : la notion de genre a été élaborée dans les années 70-80 aux Etats-Unis, dans un contexte de revendications militantes, féministes et LGBT contre la domination masculine hétérosexuelle, en parallèle au développement des cultural studies. Cette utilisation engagée et orientée de la notion, comme ensuite sa diffusion dans le débat public sous une forme souvent schématique, a suscité de la suspicion dans le monde universitaire, d’autant plus forte sans doute que le « gender » connaît un effet de mode chez les bailleurs de fond de la recherche. Dans le champ des études antiques, plus spécialement, la notion a pu être taxée d’anachronisme.

Pourtant, comme tout questionnement nouveau, l’ambition fondamentale de ces recherches est de contribuer à l’enrichissement de notre compréhension des sources de l’Antiquité. Travailler sur le genre, c’est interroger ce qui paraît « naturel » ou ce qui paraît « normal » dans l’assignation aux deux sexes de caractéristiques, de valeurs ou de rôles distincts, avec la pensée que ces attributs peuvent être le produit d’un discours « normatif » (voir Sandra Boehringer, Lalies, p. 149 : « Dans le cadre de cette réflexion sur les processus qui conduisent à surdéterminer des différences, il s’agit d’interroger en permanence ce qui semble ou qui est présenté comme « naturel » par les discours, et d’étudier le processus social et culturel qui conduit à présenter telle ou telle pratique comme conforme à la « nature »). Cela revient à se détacher d’un discours essentialiste ou naturaliste en matière de genre, pour insister sur la part de construction culturelle qui s’y trouve.

La notion de genre permet de poser clairement une différence essentielle : le sexe biologique est distinct des caractéristiques sociales qu’on lui attribue, comme encore des pratiques sexuelles d’une société donnée. Penser les rapports de pouvoir à travers la notion de genre montre par exemple qu’ils ne s’expriment pas toujours comme des rapports de sexe (homme/femme), mais comme des rapports de genre (masculin/féminin = femme virile ou hommasse, homme efféminé, pour prendre des exemples opposés).

Appliquée à l’Antiquité, la notion de genre participe à l’historicisation des catégories sexuelles : elle met à distance la distinction moderne entre homosexualité et hétérosexualité, pour considérer des pratiques sexuelles. L’objection consistant à souligner le genre presque uniquement masculin des sources – qui impliquerait que l’on ne puisse pas faire une histoire des femmes dans l’Antiquité, par exemple – est une fausse objection : rien ne dit en effet qu’une parole masculine ne puisse pas s’éloigner des stéréotypes, présenter une vision alternative à la norme sociale ou en contradiction avec elle (de même que la parole féminine ne cherche pas par principe à s’émanciper de la norme). Une réflexion sur les « voix féminines » est donc possible même si ces voix sont élaborées par des hommes.

De manière générale, la notion de genre invite à donner aux caractères sexués et à leur représentation sociale dans l’Antiquité un rôle moindre que nous ne sommes disposés à leur donner dans notre vision très polarisée (homme / femme), et à les considérer comme un critère parmi d’autres, voire secondaire, de structuration des relations dans la société antique (homme adulte libre/femme adulte libre ; homme esclave / femme esclave, par ex.). Elle invite enfin à contextualiser autant que possible les données dont nous disposons, en tenant compte, dans la représentation des hommes et des femmes, de l’hétérogénéité de ces catégories elles-mêmes (une puella n’est pas assimilable à une mulier, qui n’est pas une matrona, par exemple).

Marine Bretin-Chabrol a montré, à partir d’un corpus d’exemples, comment les catégories du féminin et du masculin sont utilisées dans la botanique et l’agronomie romaine, à des fins tantôt taxinomiques (désigner simplement deux espèces distinctes dans un même genre, et non le sexe d’une plante), tantôt heuristiques (imaginer les usages d’une plante par analogie de forme : à l’origine de la phytognomonie de la Renaissance, on reconnaît une ressemblance entre la forme de la plante et les organes sexués, par exemple, et on déduit que la plante nommée orchis possède des vertus aphrodisiaques), tantôt métaphoriques (établir un parallèle entre la culture d’une plante et l’économie familiale : une femme mariée, lit-on par exemple chez certains auteurs, est féconde à l’instar de la vigne installée sur le support d’un arbre vivant). Les agronomes romains cherchent en définitive moins à définir l’essence de chaque plante qu’à en saisir des qualités « interactionnelles » liées à l’usage que l’on veut faire de la plante dans un contexte déterminé.

Pascal Luccioni a comparé deux épisodes de diagnostic médical d’une passion amoureuse secrète : Antiochos amoureux de la concubine de son père, un « mal » diagnostiqué par Erasistrate ; la femme d’un citoyen romain, Justus, qui ne trouve plus le sommeil et s’agite dans son lit, symptôme d’une passion pour un danseur de pantomime, un « mal » diagnostiqué par Galien. Il a montré comment le rôle du masculin et du féminin, structurant dans ces deux récits, s’inverse de l’un à l’autre et comment cette différence de genre peut en expliquer les différences narratives (en particulier le silence de Galien sur le traitement de la passion « féminine » qu’il a diagnostiquée, quand le père d’Antiochos acceptait de céder sa concubine pour guérir une passion « masculine », celle de son fils).


Voir l’affiche de la séance


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.