Que faire avec… une étymologie ?

Christian Nicolas, Professeur de langue et littérature latines à l’Université Jean Moulin Lyon 3

Lundi 11 janvier 2016


Si certains corpus sont propices aux étymologies (en l’occurrence, le corpus d’exemples présentés est centré sur les traités de Cicéron, les commentaires de Donat et Servius, et la source majeure en ce domaine qu’est Isidore de Séville), l’étymologie est partout dans l’Antiquité, et aucun genre ne se l’interdit.

L’étymologie, comme art de définir, est d’abord une sous-discipline de la dialectique. La définition des mots repose très fréquemment sur l’étymologie, quitte à être parfois quasiment tautologique (« la peinture : action de peindre »). En mettant en rapport un mot synthétique grec et l’équivalent (ou la traduction) latine, l’étymologie déploie le sens des composants du mot. Elle forme à cet égard un commentaire ou un point d’appui pour le départ d’un argumentaire. Les étymologies se trouvent donc souvent, pour ces raisons, aux seuils d’une œuvre ou au début d’un développement sur une notion. Mais on les trouve aussi disséminées dans les œuvres, poétiques notamment, plus ou moins cachées. Le jeu étymologique y est courant, ce dont témoigne la littérature exégétique, qui essaie de les décrypter. Les commentateurs cherchent à prouver la pertinence des poètes, à partir d’homonymies parfois accidentelles, mais qu’ils exploitent dans le commentaire – en faisant du même coup étalage de leur propre subtilité. Si la pratique est répandue, les formes de la remarque étymologique sont également variées, et parfois indirectes. Ainsi, lorsque Cicéron établit l’équivalence entre atomos et corpora indiuiduua (Cic., Fin., 1, 17), sa traduction est un décalque, mais elle dit aussi quelque chose de la forme interne du mot, et en cela c’est bien un propos étymologique.

La présentation classique des étymologies repose sur une structure récurrente : « X dicitur ab Y quia Z », soit le comparé, le comparant, et une explication quand c’est nécessaire, que le lien ne soit pas évident ou au contraire que l’étymologie traditionnelle soit refusée par l’auteur. Ce mode de présentation varie : comme les Romains ne disposent pas d’un langage métagrammatical, il ne leur est pas possible d’avoir un emploi en autonymie, autrement dit l’équivalent d’un mot en italique. Aussi, quand le comparant est un verbe, l’auteur doit le casualiser : pluit deviendra par exemple (ab) pluendo. Parfois, le mot grec qui sert d’étymologie au mot latin est traduit directement, et le lien étymologique n’apparaît plus explicitement, sans doute parce qu’il est évident pour les Latins (par exemple « Syrtes autem Sallustius a tractu uocari dicit », Isid., Etym., 13, 18, 6). Il arrive également que soit traduit aussi en grec, par simplicité, la préposition introduisant le comparant ab. Ou encore que la préposition soit en quelque sorte intégrée à l’étymologie, produisant un effet de persuasion sonore : « Spatha a passione » (Isid., Etym., 18, 6, 4) devient, dans la prononciation espagnole, (e)spatha ex pathein, ce qui rend la proximité d’autant plus forte à l’oreille. Il faut souligner enfin que, si les auteurs et commentateurs anciens débattent parfois de telle ou telle étymologie, celles-ci sont souvent présentées comme non exclusives et cumulatives, conformément au régime de vérité plurielle qui est en large partie celui des Anciens.


Voir l’affiche de la séance

Télécharger l’exemplier


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.