Que faire avec… un texte scientifique ?

Isabelle Boehm, Professeur de langue et littérature grecques à l’Université Lumière Lyon 2

Lundi 14 décembre 2015


Au sein de la masse de textes transmis par la tradition manuscrite ou conservés par les hasards de contextes archéologiques exceptionnellement favorables, les textes « scientifiques » sont un peu en marge : ils ne font généralement pas partie de la liste canonique des oeuvres littéraires fondamentales. De plus, ils exigent des connaissances particulières de leurs lecteurs, à la fois le sur le plan théorique et dans le domaine pratique, à quoi il faut même ajouter le domaine linguistique (le vocabulaire spécialisé). Le lecteur moderne qui veut s’y frotter a un handicap de plus : il est en quelque sorte trop savant, car la notion de « texte scientifique » n’existe pas comme telle dans le monde gréco-romain, où l’on connaît surtout des artes ou des technai, c’est-à-dire des techniques spécifiques.

Sur ce sujet, et particulièrement pour la médecine, voici quelques lectures fondamentales :

  • Histoire de la pensée médicale en Occident, dir. M. Grmek, t. 1, Paris, Le Seuil, 1995.
  • Onians Richard Broxton, Les origines de la pensée européenne sur le corps, l’esprit, l’âme, le monde, le temps et le destin : où l’on interprète de façon nouvelle les témoignages des Grecs, des Romains et d’autres peuples apparentés ainsi que quelques croyances fondamentales des juifs et des chrétiens, trad. de l’anglais par B. Cassin, A. Debru et M. Narcy, Paris, Le Seuil, 1999.
  • Snell Bruno, La découverte de l’esprit et la genèse de la pensée européenne chez les Grecs, trad. de l’allemand par M. Charrière et P. Escaig, Combes, Ed. de l’Eclat, 1994.
  • Lloyd G. E. R., Magic, Reason and Experience. Studies in the Origins and Development of Greek Science, London / Indianapolis, Bristol Classical Press, 1999.
  • Les ouvrages de Jacques Jouanna.

 

A travers quelques exemples, il s’agit de montrer comment les spécialistes modernes de cette littérature particulière abordent les difficultés posées par les traités anciens, pourquoi ils peuvent se tromper et comment ils réussissent à nous aider à améliorer petit à petit notre compréhension de ces textes.

Ainsi, Hippocrate, dans le Traité du régime (c.35), décrit une promenage matinale qui dégage la tête des humeurs liquides : « La tête étant vidée, la vue (opsis) et l’ouïe (akoê) se purgent. » (trad. E. Littré) ou « La tête se vidant, la vue et l’ouïe se purifient. » (trad. R. Joly). Quand on regarde ces traductions, les termes désignant des sens sont associés à l’aisthèsis, la perception par l’intelligence du monde extérieur. Or on trouve dans ce lexique hippocratique le terme opsis comme désignant « la perception visuelle », mais également le « canal ou conduit par lequel passe la vue ». C’est ainsi, comme l’a montré Jacques Jouanna, qu’il faut comprendre akoè ici : « canal de la vision et canal de l’audition », en prenant donc de la distance avec ce que nous savons aujourd’hui du fonctionnement des sens et sans chercher à mettre le sens du texte en adéquation avec nos propres connaissances modernes biologiques ou anatomiques.

Sont également analysés, entre autres, Cassius Felix, De la médecine, 18.1-3, à propos de la thérapeutique des abcès et des problèmes posés par le bilinguisme grec/latin ; Soranos, Maladies des femmes, 3, 17, sur la conception de la matrice chez les Anciens radicalement différente de la nôtre ; Théophraste, 9, 12, 5, sur la pensée thérapeutique ou fonctionnelle par analogie à partir du nom de la plante (en l’occurrence, le pavot d’Héraklès) ; Celse, De medicina, 7, 7, 13, 14, pour la nécessité de croiser les données archéologiques et textuelles, à propos d’aiguilles pour opérer la cataracte.

Il faut souligner enfin que les textes scientifiques ou techniques antiques sont aussi des « beaux » textes : l’écart stylistique entre l’écriture scientifique et l’écriture littéraire qui caractérise souvent notre conception moderne de la science ne vaut pas pour l’Antiquité, ou pas en ces termes et à ce degré. La beauté du texte, sa pertinence et son efficacité persuasive ont souvent partie liée, et il ne faut pas oublier de lire les textes scientifiques avec une grille de lecture rhétorique ou esthétique.


Voir l’affiche de la séance

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.