Que faire avec… les humanités numériques ?

Emmanuelle Morlock, ingénieur d’étude CNRS, laboratoire HiSoMA

Lundi 12 octobre 2015


Emmanuelle Morlock est ingénieur d’étude du CNRS, à HiSoMA, arrivée sur un poste dédié aux questions numériques, aux projets en humanités numériques, après une formation de gestion de l’information. Elle a organisé le récent congrès annuel de la TEI (Text Encoding Initiative) à Lyon en octobre (2015).

En partant du gros buzz autour des humanités numériques (un bac HN, une formation HN à Sciences Po…), E. Morlock a tout de suite précisé que les humanités numériques sont l’affaire des chercheurs, pas seulement des informaticiens ou des documentalistes formées en humanités numériques. Car le travail en humanités numériques requiert par définition une dimension collective, au sein de laquelle la participation des chercheurs est indispensable pour la pertinence et la réussite des projets.

« Que faire avec les humanités numériques ? »  trois manières de comprendre la question :

  1. Que faire de nouveaux outils, de nouvelles méthodes, pour être plus efficace dans mon travail ?
  2. Qu’est-ce qu’on DOIT faire avec les humanités numériques ? Qu’est-ce qui a radicalement changé dans la recherche et qui oblige de changer certaines habitudes ?
  3. Qu’est-ce qu’on peut faire pour se débarrasser des humanités numériques ?

Il faut d’abord définir la notion des humanités numériques.

  • Les « humanités numériques » sont à l’intersection entre les Humanités et le numérique et se distinguent des « humanities computing » (considérées comme trop technologiques).
  • Les humanités numériques concernent les humanités au sens large, c’est-à-dire toutes les disciplines des Sciences humaines et sociales.
  • La définition est problématique et ne doit ni se contenter de la pure technicité ni s’élargir à la formation aux mutations du numériques dans l’entreprise et la société.

E. Morlock a ensuite dressé un panorama des humanités numériques telles qu’elles sont faites, promues, diffusées. Pour l’Antiquité, on trouve Digital Classicist, EpiDoc, Stoa, Open Context
Quelques grandes tendances se dessinent :

  • Interopérabilité
  • Pérennité
  • Recherche pilotée par les données

Différents types de projets ont déjà vu le jour : collections / expositions virtuelles ; éditions numériques ; visualisations de données ; cartes et SIG ; reconstitutions 3D ; analyses textuelles ; frises géo-temporelles.
La structuration des données se fait en fonction des objectifs de chaque projet, mais il existe des référentiels communs, qui permettent de faire des liens entre tous les projets : Pelagios pour les lieux anciens ou SNAP pour la prosopographie sont les deux exemples les plus aboutis pour les sciences de l’antiquité et des mondes anciens.

Pour la méthode à suivre, la meilleure lecture est celle de l’article de Myriam Posner (UCLA), « How Did They Make That? » : on y comprend comment sont conçus les projets et comment on peut concevoir le nôtre, avec 3 ou 4 couches (présentation pour les humains < présentation pour les machines < traitements < sources).

Enfin, plusieurs exemples plus précis sur l’Antiquité montrent les réalisations abouties ou en cours et toutes les questions que posent ces nouveaux projets.

  • L’exemple d’une édition épigraphique décompose les couches ainsi :
    • Sources : intégration d’éditions du 19e siècle dans un même corpus, avec les extensions et d’autres supports que la pierre ;
    • Traitements : balisage XML/TEI EpiDoc + métadonnées structurées, version diplomatique, leiden, xml + traduction, commentaire et image ;
    • Présentation pour les machines : pas prévue ;
    • Présentation : plateforme Kiln + feuille de style EpiDoc ; XML présenté pour la lecture ; moteur de recherche.
  • L’exemple de la visualisation de données sous forme de graphe à partir des métadonnées représente les interactions et les réseaux, entre des personnes, des lieux… Ce type de visualisation de la recherche et dans la recherche permet d’interroger et prolonger le questionnement, pas seulement d’illustrer un résultat ou une affirmation.
  • Enfin, l’exemple de Pelagios, une communauté de pratique et de projets, dédiée à l’annotation sémantique des références aux lieux anciens dans les ressources numériques. En indexant leurs textes et leurs bases de données avec un un même référentiel commun de lieux géographiques antiques, différents projets peuvent s’interconnecter. Le moteur de recherche Recogito, permet d’accéder des recherche dans l’ensemble des ressources du réseau Pelagios. Les outils proposés par Pelagios (moteur de recherche, API, outil d’annotation). Pleiades peut également être utilisé pour aligner des référentiels géographiques existants.

Pour conclure, quelques considérations sur l’impact et la cible des humanités numériques :
•    L’activité interprétative reste centrale.
•    Beaucoup de nouvelles choses sont possibles ; les choix techniques à faire sont aussi des choix intellectuels.
•    Les humanités numériques posent de nouvelles conditions pour la diffusion de la recherche.
•    Les chercheurs ont de nouvelles compétences à développer.
Donc, que faire avec les humanités numériques ? — Tenter de les comprendre, les pratiquer et se former en les pratiquant, participer à la conception des outils et des infrastructures, repérer le potentiel de certains projets.

CODA
Comment faire si on a un projet en humanités numériques à HiSoMA ?
E. Morlock peut donner sa vision des choses, tirer des ficelles et apporter un guide. Elle orientera ensuite vers des ressources d’auto-formation, avec des lectures pour commencer (surtout en anglais).

Pour commencer : Digital Classicist
Projets en humanités numériques en cours à HiSoMA :


Voir l’affiche de la séance

Télécharger le PowerPoint de l’intervention


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.