Que faire avec… un anthroponyme ?

Sophie Minon, Professeur de langue et linguistique grecques, Université Jean Moulion Lyon 3

Lundi 4 mai 2015


Que faire avec un nom de personne grec… suivant que l’on est philosophe, juriste, archéologue, historien, sociologue, spécialiste de la religion, de la littérature ou linguiste ? Les noms propres historiques ou fictifs sont un champ d’étude à la fois transversal, universel et illimité. C’est avec les yeux du linguiste qu’est examiné ici l’ensemble les questions que posent ces éléments linguistiques spécifiques, à l’intérieur mais en marge du lexique.

Pourquoi étudier un nom ? Il existe un grand nombre de raisons : dans une perspective théorique et philosophique, comprendre la motivation de la dénomination. Par exemple, le nom de divinité doit avoir un signifiant portant les traits saillants de la divinité, qui souligne une sorte d’immanence du nom propre. Dans une perspective juridique, étudier l’individuation et ses variations dans un contexte de transmission : le nom se transmet en principe comme le patrimoine, du grand-père au petit-fils, l’écart d’une génération permettant le respect de l’individualité. Sur un plan historique et culturel, les noms renseignent sur le brassage ethnique ou sur le prestige associé à une fonction (par exemple, en France, le forgeron : Desforges, Lefèbvre, etc). C’est par le nom que l’on construit des prosopographies. Dans une approche littéraire, enfin, l’univers d’un auteur peut être caractérisé par une onomastique qui lui est propre, qu’elle soit anthroponymique ou toponymique. L’étude du nom peut donc extrêmement transervale. C’est dans cette présentation le point de vue linguistique qui est développé, à partir des noms de personne en grec.

Dauzat, dans son Dictionnaire étymologique des noms de famille et prénoms de France (Paris, 1951, Intr., p. 5), souligne : « Chacun s’intéresse à son nom — à ses noms — et voudrait en connaître le sens originaire (…). Les noms de personnes font partie de notre patrimoine linguistique au même titre que les mots du vocabulaire (…). Les noms de famille, transmis généralement depuis des siècles, offrent un puissant intérêt psychologique et social : ne portent-ils pas sur leur visage le reflet, l’empreinte des civilisations passées ? ». Cette approche linguistique du nom propre a un triple intérêt : le premier est étymologique donc diachronique, quand on cherche à reconstituer l’évolution du signifiant au cours du temps. Le deuxième est sémantique : on élucide le signifié en le comparant en synchronie aux autres éléments du lexique et, au-delà, en s’appuyant sur les motivations sociales et psychologiques qui ont guidé les parents. Dans le cas d’un anthroponyme attesté très anciennement, la sémantique peut être diachronique : on peut faire l’histoire de l’évolution du sens en remontant, notamment pour les noms composés, à des éléments de phraséologie poétique indo-européenne. On trouve par exemple chez Homère le groupe κλέος ἄ-φθι-τον « gloire immortelle » (e.g. Il. 9, 413) et dans le Rig-Veda, en sanskrit, le groupe équivalent : « sravah a-ksi-tam ». Autre exemple : on trouve en grec l’anthroponyme composé Εὐ-κλέFης, en dalmate-pannonnien Ves-clev-es (comme le prénom Vaclav, par ex. Vaclav Havel), et en sanskrit Vasu-sravas, qui signifient tous « Bonne gloire ».

Enfin, il existe un intérêt morphologique. L’anthroponymie est un jeu de construction par combinaison ou liaisons – d’où le choix de l’illustration de la séance. Ces liaisons entre les éléments sont des possibles et non des réalisations en tant que telles. Il faut procéder à l’identification des éléments qui composent le nom, car les liaisons ne sont pas toujours apparentes, et on ne sait pas toujours identifier les composants. Par exemple, le radical dans un nom Δαμ- peut être rapproché soit si le –a est long, de dèm-, dèmos (= peuple), δᾱμ- > δημ- ; soit au contraire, si le –a est bref, de dam-, damazo (= dompter), Δαμ- = Δᾰμ-. Or on sait que le génitif de Δάμ-ων est Δαμέω, et ce génitif en -έω provient d’un suff. -ῆς < -έας donc d’un pays ionien. C’est donc le deuxième sens « dompter » qui est le sens originel du nom. Il y a donc un va-et-vient constant, dans la linguistique, entre le lexique et le stock d’anthroponymes. Il existe bien entendu des cas complexes, par exemple de lecture différente du nom dans chacune des langues, qui peut expliquer la popularité d’un nom qui avait un sens dans chaque langue.

Un exemple développé de reconstruction formelle et de ses difficultés : le nom de femme Ἀγαθᾱμερίς, attesté à la fin de l’époque hellénistique (génitif en –idos). Patronyme d’une femme peut être introduit par l’article féminin. C’est un peu ancien (IVe siècle avant- Vie siècle après J.-C.). La démarche étymologique est la même que pour le lexique, mais si l’on possède le cotexte linguistique d’un lexème (l’adjectif qui l’accompagne ou le verbe, etc.), ce n’est pas le cas pour le nom. Seul le patronyme, dans une formule onomastique, nous aide : Si Ἀγαθᾱμερίς avait un père du nom de euameros, on aurait un élément de preuve qu’il faut segmenter : Ἀγαθ-ᾱμερίς. Mais ce n’est pas le cas. Il faut donc faire des hypothèses :

1) Ἀγαθ-ᾱμερίς = une « Madame Bonjour ».

2) Ἀγαθᾱ-μερίς = « à la bonne part », donc « Madame Bonparti » (un composé possessif, avec deux éléments x-y, en relation de type « x est à y »).

3) Ἀ-γαθ-ᾱμερίς = avec le radical d’ionien attique γηθ-έω « rayonner de joie », d’où « Madame jour-sans-joie ».

Sont étudiées alors les hypothèses en écartant les plus improbables : l’hypothèse 3 est a priori suspecte, car les composés à trois éléments sont rares, même dans le lexique. On trouve quelques noms grecs composés sur le radical γηθ-, de même que dans le lexique on trouve le radical γηθ- avec un a- privatif, mais on ne trouve pas l’équivalent dans l’onomastique. Cette hypothèse n’est donc pas viable. L’hypothèse 2 pose d’autres problèmes : on ne rencontre jamais un second élément -μερίς en relation avec la notion de « part », et il n’y a pas par ailleurs de composé en -μερ, mais toujours en ᾱ/ήμερ-. Si l’on regarde alors les collocations, c’est-à-dire les syntagmes en composition avec l’adjectif « bonne » et le nom « part » qui correspondraient à une expression usuelle, on constate qu’il n’y en a pas, et qu’il y a donc fort peu de chances qu’on en fait un nom propre. C’est dès lors l’hypothèse 1 qui est la plus viable : c’est nom bien attesté, mais dont les équivalents lexicaux et les associations syntagmatiques apparaissent tardivement on a des composés tardifs.

En définitive, il faut souligner d’une part la nécessité d’être prudent dans l’exploitation de ces éléments en marge du lexique et sans co-texte linguistique, d’autre part que l’étymologie et la sémantique des anthroponymes ne peuvent s’éclairer que par la comparaison : soit à l’intérieur du grec (radicaux anthroponymiques vs. lexicaux, variantes dialectales, composés anthroponymiques vs. lexicaux et associations syntagmatiques lexicales, y compris en grec moderne), soit à l’extérieur du grec (comparaison avec d’autres systèmes onomastiques, celui du sanscrit, du thrace, du latin, du français, de l’allemand, en se centrant sur des langues qui pratiquent comme le grec la composition nominale).


Voir l’affiche de la séance

Télécharger l’exemplier


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.